Bon plan

lundi 2 mai 2011

Mon premier marathon, oui mais lequel ?

Bonjour à tous

Je reprends la course à pied depuis décembre 2010

Mon 1er 10 bornes est "enfin" derrière moi et j'y ai pris beaucoup de plaisir. Certes, avec 12 ans d'arrêt et encore + 10 kg, je ne pouvais pas m'attendre à retrouver mes perf de mes 30 ans, 38'50 au mieux et systématiquement sous les 40. A l'époque, je me trouvais moyen et loin des 34 qualificatifs, mais finalement, à voir tous ceux qui galèrent aujourd'hui, je me dis que ce n'était pas si mal que ça après deux ans de club seulement. 

Je vais m'engager prochainement sur mon 1er semi depuis 12 ans, ce sera à Lège Cap Ferret. Objectif ? OBJECTIFS ?... objectifs... hum... ils évoluent au fur et à mesure qu'avance ma prépa.


1.   Au départ c'était finir
2.   Ensuite, c'était finir en moins d'2 (comprenez, svp, pas finir facilement, non... mais finir en moins de deux heures, allons voyons !). Je n'avais pas encore fait mon 10 bornes...
3.   Puis j'ai fait un test d'effort et le mec m'a prédit 1h45 ! Mouaih, n'importe quoi, 1h45 c'est du 5 au kilo ! Et puis comme je n'étais pas super content de son test d'effort... Quand je dis pas content, ce n'est pas "pas content de moi" mais "pas content de la manière dont il s'est déroulé". Certes il m'a dit que j'avais une VO2max supérieure à la moyenne (euh... j'en fait quoi?), mais sorti de ça, ma FC Max a été donnée par statistiques (genre 220-âge) et la conclusion : "arrêt par fatigue du patient". Et là pas content du tout de lire ça chez moi quand j'étais encore capable. Si ! Si ! J'étais encore capable. Ma conclusion a été de me sentir client et non patient, placé entre deux autres clients. J'avais achevé mon créneau de 30 minutes et les X paliers prévus et basta. Bref ! Pas content !
4.   Puis sont venus mes 10 bornes et une bien meilleure perf qu’espérée : 48’30 soit 4’51 au kilo. J’étais rincé, mais tous mes km étaient en dessous de 5 sans effort. Bon les derniers ont été avec efforts, mais j’approchais les 4’30. Finalement, suivre la meute de coureurs… ça avait ce côté facilitant que je procure pas les sorties réalisées seul ! Ben oui, le club le plus proche est à 60 km aller retour !
5.   Du coup, je me dis... Bon 5 au kilo, je n'y crois toujours pas, mais je me suis fixé un nouvel objectif : 5'08 au kilo. 5'08 ? Pourquoi 5'08 ? Et bien parce que ces 5'08 correspondent à ma dernière perf sur semi 1:48:18. C'était deux ans après avoir arrêté le club, aucun entraînements et déjà trop de kg pris, une fin de parcours cramoisi de crampes... Du coup, si j'arrive à égaler ces 1:48:18, j'aurais l'impression de revenir quelques années en arrière, mais en "bien". Restera l’inconnue de la météo, je crains la chaleur et la Gironde en mai…
 

Depuis ma reprise, je traine ici et là sur quelques blogs et ai lu quelques comptes rendus (ou... conte rendus. La belle histoire !). N'oublions pas l'envie / besoin de courir toujours plus... du coup,voilà que je me sens pousser des ailes et là je me dis... pourquoi finalement ne faire les choses qu'à moitié ? Pourquoi ne pas plutôt monter sur marathon plus vite que prévu ? Je m'étais fixé cet objectif pour fin 2012, mais pourquoi pas dès cette année ? Allons mon cher ! Aurais-tu peur d'avoir malo jambes ? Hum. Et puis fin 2012 ce n'est pas la fin du monde ! Si ? Non ? Je ne suis pas Maya !

Mon prochain semi certes sera déterminant, mais voilà t'i' pas déjà que je cherche à élire le marathon pour mon baptême du feu ! Elles sont au nombre de quatre ces lignes bleues, à venir frapper au sas de mon antique désir de pédibus.

Du coup, une petite aide serait la bienvenue. J'aurais surtout besoin de vos connaissances de ces quatre marathons. Alors allons y et pour éviter tout risque de confusion, je les mets par ordre chronologique de date. 

Le marathon du Médoc ? Ben, c'est à 30 bornes de chez moi, et alors que les inscriptions sont closes, je devrais même pouvoir arriver à me trouver une wild card... Enfin... je crois. Mais non, trop tôt, c'est en septembre, il faut s'entraîner en juillet et août, beurk, donc il ne fera pas parti de ma sélection.


Donc marathon n°1 : le 09 octobre 2011 : le marathon des Villages à Lège Cap Ferret. Il porte bien son nom et reste à taille humaine avec ses quelque 800 coureurs en 2010. Il est prêt de chez moi, ce sera le jour anniversaire de mon plus grand bonheur jamais eu : l'anniversaire de mon premier enfant, l'anniversaire de mon fils ! J'y aurais déjà couru le semi en mai (vous savez, celui qui va venir), nous serons encore en heure d'été (pour les entraînements d'après boulot), c'est un beau coin et j'aime l'humour décalé.
Inconvénient : je suis du coin, trop de fans, de femmes riches qui me courront après... Pas cool pour ma vie de famille... Ah NAN, c'est pas ça. C'est plutôt que c'est un peu trop prêt encore pour moi dans l'année (début de l'entraînement 8 août, fait chaud !)

Marathon n° 2 : 23 octobre 2011 : Le marathon de Toulouse. Date idéale si on considère que je serai en vacances de la veille et que j'aurais quelques jours pour m'en remettre. Nous serons encore en heure d'été, donc les entraînements post boulot encore possibles le soir. Inconvénients : pas hyper emballé par Toulouse, sans doute à tord me direz-vous ? Faut que j'y aille faire un tour. C'est déjà un gros marathon (+2000), mais est-ce une raison suffisante ? Est-ce vraiment un inconvénient ?

Marathon n°3 - le 12 novembre 2011 - Le Marathon du Cognac. Début des entraînements le 12 septembre, parfait. La veille, le 11 (le 11 novembre !) sera aussi férié et palindrome (du grec palin, de nouveau, et dromos, course), mais quel intérêt ? Il se déroule un samedi, donc un jour de répit avant la reprise du boulot du lundi, je peux être logé gratos la veille à Angoulème. 

Marathon n°4 - le 27 novembre 2011 - Le marathon de La Rochelle. Gros marathon s'il en est avec ses +8000 coureurs, on ne doit pas se sentir seul sur la route. Des meneurs d'allure, et puis, et puis c'est La Rochelle quoi ! Ville aussi sublime que magnifique, j'aurais aimé y vivre. Maintenant, c'est fin novembre, donc c'est la météo qui est plus risquée. Quitte à souffrir, autant ne pas rajouter des éléments contraires qui vous ordonnent de rester au chaud, non ? Et puis les entraînements longs en nocturne... mouaih !

Donc voilà où j'en suis, une idée pour faire avancer le schmilblick ? 

Maintenant, c'est à vous ! Merci d'avance

Aucun commentaire: