Bon plan

mercredi 9 novembre 2011

Le décastar 2011 - une mauvaise journée commence...

Samedi, je me suis rendu au Décastar de Talence. C'était le 17 septembre 2011
Enfin oui et non. C'était bien le 17 septembre, mais ce n'était pas hier. Je reprends avec bien du temps le fil de mon résumé.

Manque de temps, et bla bla bla et bla bla bla...

Cette journée promettait d'être sympa, je l'attendais depuis deux ans - bon, ça ne m'a pas empêché de vivre entre temps non plus - en plus un pote s'était invité. Content j'étais.



Content j'étais, certes, sauf que tout est allé de travers. Ce n'est pas tous les jours et il a fallu que ce soit ce jour là.

Pour commencer, je n'arrive pas à m'endormir. Rien à voir avec quoi que ce soit, une insomnie malgré les yeux lourds. Puis Morphée toque à ma porte vers 2h00 du mat pour me lâcher plus tard. ARG!!!!

Je m'extrais tardivement du lit, je savais alors que je serai en retard au rendez-vous donné au copain. Il me faut encore réaliser ma sortie, j'ai un fractionné à faire en prépa de mon 1er marathon. Une sortie d'1h15 plus tard, le copain m'appelle déjà sur mon téléphone. Il est déjà sur place, ma douche n'est toujours pas prise et j'ai une heure de route à faire... ARG!!!! ARG!!!!

J'arrive sur place, il est presque midi, j'ai déjà loupé le 100 m masculin et j'entends les filles se préparer à leur première épreuve, le 100 m haies. J'imagine déjà quelle genre de photo je vais pouvoir prendre. J'accélère, je désire en louper le mois possible.

Je me présente au guichet et... je n'ai ni liquide ni chéquier - oublié - ils ne prennent pas la carte. Coup de bambou. ARG!!!! (euh... j'avais d'autres mots en tête, mais bon...)

J'essaie de téléphoner au copain pour qu'il me dépanne, il n'entend pas sa sonnerie.
Je repars au parking 10' à pied, les filles en terminent, je reprends la voiture en quête d'un distributeur - 20', je reviens au guichet - encore 10 min de perdues, je paie, puis une nana s'approche de moi, elle voulait m'offrir une entrée gratos en trop !!! ARG!!!! ARG!!!!

J'entre, je retrouve le pote et je me dis qu'enfin, les bonnes choses vont pouvoir commencer. Je déballe mon reflex en salivant d'avance des photos que je vais prendre. Je monte mon zoom, j'arme l'appareil et là, le message de la mort :

"PAS DE CARTE"  

P****N !!! Je l'ai laissée sur l'ordiiiii !!!  ARG!!!!

Le sort s'acharne contre moi, j'avais sorti ma carte supplémentaire cette semaine, je ne l'ai plus dans mon sac non plus !!!!!!!!!! Je me dis que j'allais prendre la carte de mon téléphone, pas le même format.

Et ben, pas de photo aujourd'hui !!! Et voilà que Romain Barras abandonne la partie, blessure. ARG!!!! ARG!!!!

Sale journée que voilà.

Mais ce n'est pas tout. Je passe devant la boutique du décastar, quelques bricoles sympathiques, je veux prendre un polo manches longues et une chemisette floquée aux couleurs de la journée. Ils n'ont pas ma taille !!!!!! Pas de XL ! ARG!!!! 
Non mais, il y a de quoi rêver. 4 heures après l'ouverture des portes, ils sont en rupture de XL ! Le hasard met sur ma route la personne qui semble avoir passé les commandes, elles regarde son listing, elle n'avait commandé qu'une pièce en XL pour la chemisette et 3 pièces seulement pour les polos ! Décidément, je crois rêver. Avec tous ces jeunes qui grandissent, pourquoi y a-t-il si peut de grandes tailles ?

Bref, je repartirai frustré pour pas mal de raison MAIS, parce qu'il y a un MAIS, avec plein de belles images... en tête. 

Des filles toujours aussi belles, toujours aussi légères, qui semblent s'envoler dès qu'elles se meuvent, waouh !
Des épreuves vues de prêt toujours aussi esthétiques. 
Des jeunes qui se précipitent comme des fous pour quérir un autographe des athlètes qui se présentent au stand idoine. Ça fait chaud au cœur.

J'ai apprécié le changement de place du sautoir masculin. 
On a vu les filles de prêt prendre leur élan, on a profité du sautoir des gars de profil, pour s'abreuver abondamment du fosbury réalisé par des décapros.

Un vrai régal.

Sans arrière pensée lubrique, une note particulière à une bien jeune athlète, une junior,  toujours avec le sourire aux lèvres, pleine de fraicheur, Laura Ikauniece. Elle aura fini son Décathlon avant dernière d'après le site, mais qu'importe, un rayon de sourires dans ce monde de brutes. Un vrai plaisir.

Des photos, j'en ai eues quelques unes, celles de mon pote. Je vous en livre certaines.
 

Prenons un peu de hauteur

Et pour finir cette unique journée sur les deux


"Trafiquée", ça donne ça

Juste un souffle de vent pour les concurrentes...

A l'année prochaine pour le prochain Déca star j'espère

Aucun commentaire: