Bon plan

dimanche 1 avril 2012

Opération d'une hernie Inguinale et la CAP

Suite à mon billet du 25 décembre 2011 de fin d'année, un anonyme m'a demandé plus de détails de mon opération de la hernie inguinale, les conséquences finalement sur mon entraînement. Plutôt que de donner une réponse sur le billet, j’ai préféré relater ma "mésaventure" sur un nouveau billet. 


 
 
C'est en relisant la date de ce billet que je me suis aperçu effectivement, que je l'avais écrit juste AVANT que de me faire opérer.

J'ai donc été opéré le 27 décembre en ambulatoire d’une hernie inguinale, apparue très soudainement et qui rapidement m’a empêché de tenir debout plus d’une heure !

La taille de la hernie faisant, je me suis alors débrouillé pour être pris en charge en une semaine. Ce fut possible, d’abord parce qu’à Noël, les hôpitaux ne regorgent pas de patients immensément désireux de se faire opérer, de facto, la liste d’attente n’est pas immense. Ensuite parce que je n’aurais pas pu reprendre le boulot à devoir m’allonger toutes les 30 minutes pour remettre la hernie en place / en classe avec mes maternelles, ça ne le fait franchement pas ! Les boules à Noël, elles sont mieux dans les sapins (mouaih bof la blague)
Au final, anesthésie générale et cœlioscopie. Trois trous, un sur le nombril, deux autres sur les côtés, tout ça pour réparer les dégâts. Ne me demandez pas si c'est la meilleure des techniques opératoires, franchement, je n'ai pas envie d'y repasser pour effectuer un comparatif documenté.

Le lendemain, j’étais debout sans cavaler pour autant non plus. Pour autant, j’ai eu besoin d’un mois d’arrêt total avant que de pouvoir retourner au taf, peut-être aussi parce que je ne suis pas resté au lit la première semaine ? Je compare là ma situation à celle de ma femme qui 6 mois plus tôt avait été opérée d'un kyste et d'une mini hernie, mais qui n'a pu quitter du tout le lit avant une semaine ; elle a repris le travail après trois semaines. 

Les fils m’ont été retirés après 10 jours.

D’un point de vue reprise sportive, car c’est ce qui nous préoccupe le plus ici finalement, j’ai repris les baskets après 4 semaines, mais tout doux. Je n’aurais sans doute pas dû d'ailleurs.

 

Semaine 4 - 1 sortie 40’

Semaine 5 - 1 sortie (alternance marche et course 50’) et une ballade avec mes enfants.

Semaine 6 - 2 sorties, mais avec du mal. La deuxième sortie a été très courte : 6km. C’était aussi pendant la période des grands froids.

Semaine 7 - j’ai pu refaire mes 4 sorties mais je n’ai en fait cumulé que 42km de footings légers. Un marathon quoi !

Ensuite, cela a été en dent de scie pendant 10 jours cause visites en famille, puis enfants à garder… Je n’ai pas fait le forcing non plus, je n’étais finalement pas si au top que ça. J’ai préféré faire un petit break, pour mieux reprendre ensuite. Ça tirait encore quand même pas mal. Résultat, deux sorties seulement.

Bon est venu mars, le dieu guerrier et conquérant, j’ai bien repris. J’en suis à 216 km sur le mois avec fractionnés et sorties longues, ce qui est pas mal pour moi. J’ai encore parfois des tiraillements à l’aine, mais cela ne m’empêche plus de courir. Ma femme a ressenti des effets / picotements / gêne,  pendant 6 mois après son opération, car c'est bien de cela dont on parle, le reste ne vous regarde pas, non mais !

Certes, aujourd'hui, pour le marathon de l'huitre en avril, c’est raté. Du coup aujourd’hui, je prépare mon prochain semi (1er mai) avec un 10 km intermédiaire (15 avril). 

Je ne m’attends pas à retrouver mon niveau de novembre dernier, mais quand même, j’espère me débrouiller. C’est là où on s’aperçoit que l’âge n’aide pas au prompt rétablissement. 


Côté prise de poids, ça n’a pas été top non plus. Faut dire, même si je n’avais pas bu beaucoup pendant les fêtes (maxi trois ou quatre verres de vin sur les 15 jours), les repas étaient quand même plus riches que d’accoutumée, sans pouvoir éliminer. Puis le séjour en famille, même si j’ai été raisonnable, n’a pas aidé. +5 kg que je n’ai pas encore entièrement perdu (encore 2, mais j'y travaille)


Bref, si je devais résumer, ou bien faire court, il faut compter un gros mois d’arrêt total de CAP pour ne pas se faire mal et une reprise douce étalée sur 1 mois, peut-être une alternance CAP et vélo. Est-ce que sinon le vélo d’appart aurait pu limiter les dégâts ? Même pas sûr pour le premier mois, en ayant été opéré à l’aine. Idem pour la natation.

Cela dit, en réponse à l’Anonyme qui m’a laissé un commentaire ici, peut-être que se faire opérer maintenant permettrait de trop éviter une prise de poids avec les crudités qui arrivent, mais c’est sûr que de devoir rester cloué à la maison par beau temps, c’est limite de la torture ! Pour autant, c’est le genre d’opération qu’il vaut mieux ne pas laisser trainer. Le risque est de voir la hernie se transformer en hernie étranglée, opération en urgence dans les 6 heures. Les ceintures spéciales hernies sont à mon point de vue un pis-aller, car quand il faut y aller, il faut y aller.

Aller bon courage, c'est tellement mieux quand ces histoires sont derrières nous.


Malo

Aucun commentaire: