Bon plan

mercredi 25 juillet 2012

La côte de Beauté, ou comment refaire un 10 bornes

Ca y est, ma panne de PC est rétablie, je n'avais plus d'écran. Je surfais sur mon mobile, l'écran est grand, mais pas aussi pratique que le vrai PC pour rédiger. Du coup, je suis passé de 19 à 23 pouces, ça change énormément de voir les choses en grand. Dire que mon premier écran était un 14 pouces...

Passons

C'était la deuxième fois que je faisais cette course. Je l'aime bien parce qu'elle donne le coup de départ des vacances d'été : le 8 juillet 2012

Elle porte bien son nom : la course de la Côte de Beauté. Ca se passe à Saint Georges de Didonne, à côté de Royan, une bonne partie longe la mer, superbe. 



L'année précédente, j'avais eu pour objectif de boucler le parcours en 45', même si je ne me faisais pas trop d'illusions. Départ canon en 4'15, première boucle réalisée 22'31, pile dans l'objectif. Le résultat final ne fut pas à la hauteur de mes espoirs, je terminais en 46'30. C'était malgré tout ma meilleure perf de l'année, 2 minutes de mieux que lors de mon 1er 10 bornes, c'était quand même une belle joie. Merci les archives.

Dans mes souvenirs il y avait une côte E-NOR-ME !... A faire deux fois ! Ben voyons ! Il faut courir une boucle de 5 km deux fois, belote et rebelote donc ! Pour résumer le parcours : 1 km de plat, 1,5 km de descente puis en bas demi tour pour 1,5 km de montée pour finir par 1 km de plat, à faire deux fois donc.


Cette année, suite à mon départ trop rapide de Bouliac et avec l'idée de cette côte E-NOR-ME, je pars plus prudemment : 4'24. Nous sommes en plus gratifiés d'un vent de nord important, normalement, on l'a de dos sur le départ (plat), de côté dans la descente et la remontée, puis de face sur le 5è km de plat. Ca c'est moins bon et ça me conforte dans mon choix d'un départ plus zen.

Au départ, je me sens pas trop mal (vent de dos) mais sans plus (semaine précédente un peu moyenne). Je suis talonné par un autre gars à qui le tempo doit convenir, moi ça me va de courir à deux. J'aborde la descente, je gère toujours le tempo, 4'26. Viens ensuite le demi tour et la côte qui finalement se révèle n'être qu'une côtelette, NON ?????? Et si... je suis agréablement surpris, je gère en 4'29 sans forcer sur 500m en descente et 500m en montée. Mon suiveur me double, cette baisse de régime côtier ne semble pas lui convenir, part mon grand, part. 
Puis 950m de montée complète, je suis surpris : 4'20, là je n'y comprends plus rien. Ca monte pourtant je cours plus vite. Je me grille ? Va savoir. Mon suiveur qui m'avait doublé est repris, je ne le reverrai plus. Une chose est sure, je récolte là complètement le bénéfice de mes séances de côtes, c'est clair !

J'aborde le 5ème km et là, je me mange le vent pleine face sur le kilo complet : 4'30, et je force. Contre coup du 4'20 précédent ? Non, c'est vraiment le vent qui me pose problème.

Du coup, je récupère sur le 6ème kilo, vent de dos, sans en profiter (4'29). Faut croire que ce ne fut pas suffisant, car j'aborde la descente et là je n'y comprends décidément plus rien. Je ne me sens pas explosé, mais mon chrono m'affiche 4'43 puis 4'37 en bas de la descente avec le début de remontée. Vais-je imploser dans la côte ? Toujours pas, mon chrono m'affiche un tranquille 4'27 en haut. Mais je fais quoi là ? Quel alien est-ce que je deviens à courir plus vite dans les montées que dans les descentes ? 

Arrive le dernier kilo, sur le plat, vent pleine face dois-je rappeler ? C'est malgré tout le moment de faire mon dernier effort. Un gars me reprend, IL fait son dernier effort et rattrape une bonne dizaine de coureurs. Je ne peux pas lui emboîter le pas, mais malgré tout, j'accélère le pas. J'ai un petit groupe en ligne de mire, celui constitué du coureur mal voyant et de son guide, partis 30" avant tout le monde pour éviter la bousculade. J'arrive à leur hauteur, je double mais je suis tellement asphyxié que je n'arrive pas à leur sortir le moindre mot d'encouragement ou de félicitation. Franchement, c'est moyen car c'est typiquement le genre de gars, le mal voyant ET son guide, qui font parti de ces gens qui forcent le respect.

Je passe le chrono qui se trouve à 50m de l'arrivée, j'ai encore le temps de descendre sous les 45', j'accélère encore pour finir en 4'13, et terminer le parcours en 44'53 ! Là je suis à la fois déçu de ne pas être sous les 44, mon objectif, mais vraiment content d'avoir gagné 1'30 sur l'année précédente, de ne pas avoir souffert dans la côte (mais sur le plat...).

Cette année encore, une serviette en guise de souvenir. Je ne suis pas fan, mais ça change des sempiternelles T-Shirt coton. 

Seul bémol, le ravitaillement à l'arrivée : que de l'eau en guise de boisson. J'aurais aimé une boisson sucrée, un jus de fruit. 10 km ce n'est pas suffisant pour faire une hypoglycémie, certes, mais les faire en compet, ça demande quand même pas mal d'efforts. 

Pour autant, je reviendrai, la course est belle, l'organisation est très bien faite. Aller ! c'est les vacances et une semaine de repos m'attend maintenant. 

Malo

Aucun commentaire: