Bon plan

vendredi 9 novembre 2012

Le marathon Vert, impressions hors courses

Voilà, dans l'article précédent, je vous ai parlé du marathon de Vert, tel que je l'ai vécu,

avant, en me préparant
pendant en courant

Mais après, le referai-je ?
Réponse à la fin du billet


LES PLUS

Le prix de l'inscription

Très correct, il me semble : j'ai payé 42€, sans assurance annulation.

Le sac au retrait dossard

  • En coton, très bien
  • Une grande enveloppe avec le dossard, la puce, une éponge et une pub pour un marathon, de trop, surtout qu'à l'autre bout de la France par rapport à Rennes
  • Un bon de réduc pour une crêperie locale. Sympa.
  • Un gel douche d'un partenaire, merci
  • Une série d'étiquettes pense-bête auto-collante.Pratique, même si je me pose la question de sa présence, toujours dans une démarche verte en relation avec la course à pied, mais bon, pratique.
  • Un carnet de bord pour ses entraînements. Perso, il me sera inutile, je fait tout sur mon ordi, avec mes stats et tout et tout et tout. 128 pages quand même. Eco responsable ? Je laisse chacun seul juge.

La météo

Là, les organisateurs n'y étaient pour rien.
Pas grave, ça reste un bon souvenir
Après plusieurs jours de pluies
Et une nuit précédente en forme de déluge
Quelques secondes avant le départ
Le soleil me caresse le dos
YES

Les points de ralliement :

Des navettes à différents endroits de la ville
Je n'ai pas testé, j'étais accompagné cette fois ci
Mais quelques points relais avec des navettes pour le ralliement au départ.
 

Le point de départ

De nombreux parkings
On pouvait vraiment se garer sans problème
Il faut dire, c'est dans une zone commerciale, 
un dimanche

Le parcours

Varié
Globalement plat, quelques bosses, mais rien d'insurmontable 

Les bénévoles
Égaux à eux-mêmes je trouve, merci à eux 

Le ravitaillement
Suffisant. Cette année je suis parti sans rien à la ceinture que mon téléphone (je pense aux gourdes composées de boissons maisons, je n'ai jamais de gels et autres barres de céréales de toute façon)
Je ne me suis contenté que de l'eau, de l'eau et encore de l'eau des ravitaillements
Que de l'eau du robinet servie dans des gobelets carton
Finalement, pas besoin de plus

Mais il est vrai que je n'ai fait que 31 km sur les 42. 

Le maillot : 
Technique
Sobre
Un annonceur discret 

Chapeau bas
Quand je lisais sur le journal local, que Rennes proposait  une belle prime à qui descendrait sous les 2h10, je les trouvais ambitieux, je me disais que faire venir des gars pour courir à cette vitesse semblait difficile pour un marathon si jeune. 

Pari réussi, faisant de Rennes le 3ème marathon français le plus rapide de l'année après Paris et Reims en 2:09'47". Moi je dis "chapeau bas" !!!

Chapeau bas aussi pour le travail qui va être ensuite accompli en allant planter plusieurs milliers d'arbres qui vont être plantés en Éthiopie, à raison d'un arbre par kilomètre parcouru avec la fondation Yves Rocher.


LES POINTS A REPENSER ?
 

La promotion

Pour un marathon qui se voulait éco responsable et peu utilisateur de ressources, j'ai trouvé personnellement que beaucoup de papier a été utilisé. Parfois recyclé, parfois non (pub marathons amis, "chéquiers" publicitaires, carnet d'entraînement papier). Moult brochures et autres revues. Wouffff ! 

Mais ce n'est pas tout, rien qu'à regarder le sac retiré avec le dossard...

Le sac au retrait dossard

  • Nous avons vu ce que j'ai aimé plus haut, maintenant l'envers du décor
  • Beaucoup de papiers donc, comme la longue brochure officielle
  • Un carnet papier broché, intérêt ?
  • Ah et le pompon : un carnet de réductions pour un fast food, mais dont toutes les dates de promo prenaient fin en... juin 2012 !!!
    Là je rigole.
  • L'éponge. Et bien sur le coup, je n'ai pas du tout compris qu'elle était destinée à servir sur le parcours. Du coup, quand j'ai démarré la course, je ne l'avais pas avec moi. De fait, quand je suis arrivé au premier point éponge, alors que je cherchais vainement autre chose que des grands bacs d'eau froide, j'ai soudain eu un flash
    "A mais c'est bon sang bien sûûûûûûûrrrrrr !!!!".  LOU-PEEEEE ! 
 

Et le maillot, il est où le maillot ? 

Mais monsieur, vous l'aurez à l'arrivée, le maillot
Et là, j'avoue, je n'ai pas du tout aimé. 
La médaille, à l'arrivée, oui, même si j'ai toujours trouvé l'idée de l'école des fans pour adultes très infantilisante. J'ai l'impression de participer au cross de l'école où chaque gamin, jusqu'au dernier repart avec sa médaille. Pour les gamins, oui, mais bon sang, nous sommes adultes quoi ! Enfin, ça reste très personnel.

Mais pour ce qui est du maillot, là non !
Surtout que je savais que je ne pourrais pas le finir cette fois ci ce marathon, genou oblige.
Si la médaille m'importait particulièrement peu, le maillot, lui, je le voulais quand-même...
Pour le souvenir.
Et puis, courir aux couleurs du marathon hôte, je trouve ça plutôt sympa
Du coup, j'ai couru  avec le maillot du marathon de Toulouse sur le dos !
Surtout qu'à l'arrivée, la dotation des partenaires était substantielle, on ne pourra pas prétendre qu'il avait pour but de pallier l'absence de lots... 

Et puis, quand je l'ai demandé le maillot, ils n'avaient déjà plus de XL, juste des M... Ah si, une dame avait un dernier L dans ses mains, de justesse. Seule bizarrerie, il avait une tâche de sang sur la manche, je ne l'ai vue qu'une fois rentré. Je l'ai pris au moment où les 4h00 arrivaient, soit autour de la 800ème place. Il y avait encore +300 marathoniens à arriver + ceux du relais. Là, je trouve qu'il y a un vrai manque. 

Surtout que les participants au marathon relais y avaient eu droit à leur maillot dès le retrait du dossard, eux. Alors pourquoi pas tout le monde ? Franchement !

Solution (?) : à l'inscription, demander la taille désirée, en tirer des stat après quelques semaines d'inscriptions pour finaliser les commandes et proposer le maillot au retrait des dossards... 

 

La consigne

Un sac poubelle plastique 
Pas franchement écolo
Et en plus, ils étaient stockés à même le sol pour récupération
Et s'il avait plu ?
Auraient-ils été protégés de l'eau ? Même si en plastique ?
Pourquoi ne pas avoir privilégié l'utilisation du sac en coton fourni au retrait des dossards? Lequel ne risquait pas non plus de se déchirer.
Pourquoi ne pas avoir protégé les sacs consignes sous une toile de tente, un barnum ?  
Franchement à revoir 

Le village marathon

Si les marathons amis étaient là, merci à eux, je serai d'ailleurs au Mont Saint Michel en 2013, 
je l'ai trouvé par ailleurs pauvre de mon point de vue, surtout niveau matériel sport
Le vendredi, une marque allemande de chaussures et autres vêtements commençait à peine à s'installer quand je repartais déjà avec mon dossard en poche
Le magasin de sport local n'avait que sa pancarte comme signe d'une future présence

Ralliement

Si rejoindre la ligne de départ semble avoir été facilité,
j'ai eu comme l'impression qu'une fois la ligne d'arrivée franchie, pour les extérieurs non accompagnés, retrouver sa voiture pourrait ne pas avoir été une mince affaire.

Sur ce genre de parcours où départ et arrivée sont si éloignés l'un de l'autre,
C'est sans doute l'un des points qui mériterait d'être le plus soigné.  
 

Le ravitaillement

Le marathon se voulant éco responsable, le choix a été fait de ne donner que du Château La Pompe, traduisez : de l'eau du robinet dans des gobelets en carton

Très belle idée au demeurant, surtout quand on voit le nombre de bouteilles de 33 voire de 50 cl à peine entamées qui jonchent les parcours à l'instar d'autres manifestations. 
D'aucuns disent : mais pourquoi ne pas privilégier des 25cl aux 33 ou aux 50 ? Tout simplement parce que l'offre et la demande faisant, les 25cl sont souvent plus chères que les 33 !!! Et de toute manière, même 25cl, c'est trop pour un ravitaillement.

Alors pourquoi ce paragraphe dans les points à revisiter ?
Tout simplement parce que l'eau avait un goût bien trop prononcé à la limite du répulsif. Et pourtant, chez moi, je ne bois que du château La Pompe ! 
Dans un article de journal paru le lendemain, les organisateurs en ont parlé, c'est bon signe.

Ma suggestion : prendre des bouteilles d'eau de 1,5 L et remplir les gobelets. D'un côté on évite le (mauvais) goût et on réduit le gâchis des bouteilles de 25, 33 ou 50 cl, mais de l'autre, on utilise quand même du plastique (contenant de 1,5 L) et on prend le risque de rupture de stock.

Pas facile, décidément


Le marathon relais

Je ne parlerais pas du prix, qui me semble très correct, que ce soit pour les étudiants ou les privés.
Non, je parlerais plutôt de la difficulté relayée que les coureurs avaient à rallier les départs des relais justement, c'est que cela faisait d'un seul coup beaucoup de véhicules à devoir braver les déviations et autres barrages routiers.
 
Pourquoi ne pas faire un relai Ekiden composé de 6 co- équipiers : 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5 km et pour finir 7,195 km. Certes, cela obligerait à trouver un 6ème coureur, mais cela ramènerait cette épreuve vers des standards plus facile en terme de comparaison entre les différents Ekiden.
 

Et au final, reviendrais-je ?


Parce que c'est là le plus important, ce marathon m'a-t-il donné envie de revenir ?
Franchement OUI

OUI pour la date, pendant les vacances de la Toussaint : le 3 novembre 2013
OUI pour le parcours
OUI pour les tentatives éco responsables (bon, moi, je fais 1000km pour m'y rendre, pas très éco responsable, mais on va voir la famille en même temps)
OUI pour l'ambiance globale
OUI pour le refaire et LE FINIR
OUI pour la période de l'année (entraînement septembre octobre)

Merci Rennes
 
La seule raison qui m'empêcherait de le refaire l'année prochaine sera mon envie de faire un autre marathon, début octobre, à côté de chez moi et que je n'ai pas encore fait : le marathon des Villages.  

Aucun commentaire: