Bon plan

dimanche 25 novembre 2012

Suunto et Movescount, le site


Après avoir passé en revue la Suunto Ambit du point de vue du coureur sur route, et avant la prochaine mise à jour, je découvre maintenant le site en ligne MovesCount.

Ce site sera accessible à la fois aux utilisateurs PC comme à ceux qui appartiennent au monde de la pomme.

Cette présentation du site se fait au 24 novembre 2012, normalement quelques jours avant sa mise à jour, puisque la Suunto Ambit doit être prochainement mise à jour (et d'autres montres ?) et permettre la création d'entraînements. Ces entraînements seront vraisemblablement préparés depuis le site.

Dans la terminologie Suunto, un Move est ce que j’appelle une « sortie »

Donc, MovesCount aura pour tâche de comptabiliser vos sorties, mais pas seulement.
 

DEUX GRANDS DOMAINES :

  • Un privé :

  • Un communautaire ou le réseau social façon Suunto


Entrons dans la partie privée


Mes moves

Je ne vais pas m’étaler sur la partie « tableau des scores » qui n’est finalement qu’une sorte de résumé de votre activité sur le site. Elle est pratique, visuelle, bon voilà.




Parlons donc plutôt  de « mes moves » individuels

Bon je vous préviens, les copies d’écrans ne seront pas hyper fournies d’exemples extraordinaires de mes propres activités sportives, car depuis que j’ai la montre je vais de déconvenues en déconvenues sportives. Ca a commencé par une tête explosée contre une poutre, les fesses par terre un matin juste avant le départ d’un semi-marathon, pour se terminer chez l’ostéo après plusieurs jours. Entre temps, j’ai ramé et ai dû m’arrêter de courir, car à compenser sans m'en rendre compte, c'est le genou qui a pris. Bonjour la prépa marathon ! Juste un peu de piscine avec pool boy, histoire de me défouler. BREF ! Quant au marathon prévu, j’ai pris le départ parce que je ne pouvais me résoudre à faire autrement, mais j’ai dû l’arrêter au 25è kilomètre. Et maintenant c’est plutôt mode convalescence et footing ultra légers. Non je ne suis pas fou de joie.




Pour commencer, un tableau synoptique de sa sortie (1) : activité, durée, fc moyenne, calories et le PTE (avec ceinture cardio), la sensation du jour, le lieu GPS, la distance, l’outil de mesure (la montre quoi), et la météo. Bien sûr, pour être présentes, certaines infos données doivent être renseignées (météo, sensation) ou des options activées (GPS et donc distance, cardio et donc fc…)

On pourra exporter la sortie (move) au format kml, gps ou xlsx, mais cela ne semble pas être la meilleure solution pour exploiter ses données en dehors du site.
Si vous voulez récupérer vos données pour les exploiter avec Sport Tracks 3 par exemple, ne passez pas par ce module d’export (1), privilégiez plutôt le fichier xml qui se trouvent dans votre répertoire (windows 7) « C:\Users\Administrateur\AppData\Roaming\Suunto\Moveslink2 » (où administrateur sera le nom de l’utilisateur de la session ouverte windows).

Mais attention, au fur et à mesure des synchronisations de la montre, les fichiers les plus anciens seront effacés automatiquement sur l’ordinateur. De fait, pensez à faire une copie de sauvegarde séparée de vos fichiers xml pour sauvegarder vos données au fur et à mesure que le temps passe. Cela évitera également de laisser vos données dans les seules mains d’un site sur lequel vous n’avez pas la main finale...

Puis  (2) viennent les intervalles qu’ils soient automatiques (« parcours automatique » tous les 1 km) ou manuel (lap manuel) et quelques données corporelles de la sortie,


En (3) un schéma du parcours et la possibilité de l’exporter aux formats kml ou gpx (2), le tout associé à différents graphiques d’analyses (4) dont les courbes peuvent se superposer.


Les différents graphiques semblent petits en taille, mais peuvent être affiché en mode plein écran. Très bien.


Sur la partie droite de l’écran, vous pourrez commenter votre sortie, votre move, pour la communauté, si tant est que vous vous soyez mis en mode « public ».


Bref, c’est plutôt complet et surtout très agréable à analyser. Chapeau bas.

La partie « récapitulatif » des moves ou sorties

…donnera des outils d’analyses non pas sur des activités individuelles, mais sur des périodes de temps. 
A droite (1), vous choisissez le mois que vous voulez « étudier », mais vous pouvez également choisir l’année entière (1). Vous sélectionnez une ou plusieurs activités dans le calendrier. On peut également ne sélectionner qu’un type d’activité parmi celles que chacun pratique (6). Malin pour qui veut analyser individuellement chacun de ses sports pratiqués.




Ensuite on regarde ce que l’on veut :

(2) Le récapitulatif graphique des activités sportives. 
1er point : ne vous fiez surtout pas à la partie ascension. Non je ne me suis toujours pas transformé en saumon qui remonte le cours de l’eau, mais force est de constater qu’en natation, le baromètre s’affole. Il serait d’ailleurs peut-être intéressant de pouvoir activer ou désactiver le baromètre pour chaque mode sport. Surtout que je ne prends personnellement pas soin de régler le baromètre avant chaque sortie, d’où les approximations, même en course à pied. Ce n’est pas qu’il se dérègle, mais la météo est très changeante en ce moment et cela influe pas mal la bête. Et puis, le baromètre n’est pas un outil des plus importants pour moi de manière générale, sauf sur certaines compétitions ou sur séances de côtes.




 

A noter sur la droite de la partie récapitulative, on peut sélectionner ses moves / sorties une par une. Seul hic : il n’y a pas de bouton à cocher qui (dé) sélectionnera ou toute l’année et / ou par mois entier. Du coup, si je devais vouloir désélectionner un mois complet ici, il me faudra produire autant de clics que de sorties ou moves. 

Timeline (3)

Ce qui pourrait se traduire par « synthèse thématique » le tout basé sur une période calendaire choisie. On pourra y croiser quantité de paramètres qu’on affichera sous forme graphique (barre) rendant l’information particulièrement visuelle : les calories (ceinture cardio obligatoire), distance (gps obligatoire), durée… le tout pour chaque sport ou son activité sportive dans son ensemble.

En bleu les sorties natation qui ne seront incluses ni dans le graphique « calories » ci-dessous (pas de ceinture cardiaque), ni dans le graphique « distance » (pas de gps ou de décompte du nombre de longueurs de bassin).





 Cela confère à l’ensemble un outil d’analyse visuel qui pourra parler à quiconque cherchant des informations simples sur l’évolution dans le temps de sa pratique sportive.
 

La partie comparaison libre (4)

sera sans doute la partie la plus instructive pour qui voudra se creuser un peu la tête dans l’analyse de ses pratiques sportives
On pourra croiser jusqu’à trois types de critères (en vert) et obtenir ainsi quantité de graphiques et observer les interactions les uns par rapport aux autres.
Dans mon exemple, un rapport simple de la distance et de la durée. Plus la distance de la sortie sera importante (axe ordonnées Y), plus la durée de cette sortie sera importante (taille du cercle), le tout évoqué sur une échelle de temps (axe abscisse, X). Les résultats seront présentés sous formes de nuages ou de points, dont la taille reflètera l’importance du résultat.
On pourra par ce biais choisir des rapports bien plus complexes et des interactions plus fines, aux besoins de chacun
Pour qui voudra se creuser un peu la tête, ce sera sans doute l’outil d’analyse le plus intéressant de ce panel, combien même les autres ne seront pas dénué d’intérêt.

 

OUTILS

Cette partie est composée de deux sous-ensembles : Le planificateur d’itinéraires et le planificateur de programmes d’entraînements.

Le planificateur d’itinéraires

Son but est simple : créer, sauvegarder, obtenir, des itinéraires, partager les siens avec la communauté.
Je ne suis pas expert en la matière, le presbyte que je suis a du mal à trouver de l’intérêt dans une carte sur un si petit écran. Mais comme plusieurs montres proposent ce service, gageons qu’une quantité significative de sportifs y trouve son compte.
Avec la Suunto Ambit, vous aurez droit de créer :
·         100 POI
·         50 itinéraires
·         Le tout au travers de 10 000 points
Personnellement, je me suis enregistré un itinéraire de 14,3 kilomètres et un second de 12,7 km. A eux deux, ils m’ont pris quelques 1800 points sur les 10000 possibles. Il y a donc de belles marges. Ensuite, on sélectionne les itinéraires à envoyer sur la montre.  

A noter que le parcours Bombannes – Océan de 14,26 km prend 4500 points, mais il sera simplifié à 1000 points lors de l’envoi sur la montre, d'où les 1800 points à la fin.

 
Il vous sera possible de créer des POI directement depuis votre montre. Si vous deviez vous trouver dans un endroit digne d’intérêt pour vous, vous pourriez ainsi relever ses coordonnées GPS pour le retrouver ensuite sur une carte et le partager avec d’autres.
 


Le planificateur de programmes d’entraînements

C’est l’une des parties de movescount qui changera sans doute le plus à la prochaine mise à jour (novembre 2012), avec l’apparition des entraînements fractionnés.
Aujourd’hui, elle est très rudimentaire
On programmera pour tel jour une sortie dont on estimera la durée, distance totale et difficulté pré-supposée. Point final. On pourra programmer ses semaines de travail, mais comme en plus il n’y a aucun renvoi vers la montre, cette  partie ne présente, aujourd’hui encore, aucun intérêt de mon point de vue.

Paramètres

Je vais faire court : quatre sous-ensembles :

1.   Le profil : se présenter succinctement pour la communauté

 2. Les paramètres corporels : Taille, poids, catégorie d’activité sur une échelle de 10, sa FC max et de repos ainsi que les zones de FC

3. Les paramètres movescount : adresse mail, nom d’utilisateur, le profil privé ou public, le choix des unités, les activités sportives par défaut, un lien vers Flickr, youtube, facebook et twitter, puis un questionnaire pour autoriser, ou non, l’utilisation de nos données personnelles à des fins de recherche sur la santé. Concernant facebook, movescount peut se charger d’envoyer sur votre page facebook vos moves au fur et à mesure que vous les faites. 

4. Les applications tierces (que l’on n’aperçoit pas à l’image)

 

  Equipement



Je vous avais déjà parlé de cette partie lors de mon précédent billet. C’est là qu’on y paramètre notamment son équipement Suunto, pour moi l’Ambit.


Paramètres des unités : que l’on choisit (à nouveau) ainsi que les différents formats d’affichage qui nous agréent.


Paramètres personnels : ils nous sont à nouveau demandés. Bon !


Paramètres généraux (que j’aurais bien vu en premier, puisqu’ils sont généraux ?) où on y renseigne la langue d’utilisation de la montre, les tonalités des boutons, le fonctionnement du rétroéclairage…


Personnalisation : je vous l’ai copieusement présentée dans mon précédent billet, je n’y reviendrai pas.


Navigation : on y cochera surtout les itinéraires à envoyer ou non à la montre.



Bref, quelques redondances dans les paramétrages, mais sorti de cela, cette partie « privé » est définitivement bien faite graphiquement et est surtout très intuitive.



Seul regret : que cet outil ne soit que sur Internet, sans équivalent pour ordinateur. Donc, à proscrire si vous êtes en zone blanche internet... 


Les baroudeurs à qui la Suunto Ambit est dédiée apprécieront également, car après tout, tous ne privilégieront pas les seules balades dans les pays ou autres zones équipées de l’Internet. Vous aurez aussi de quoi rager si un jour vous deviez être privé du net à cause d’une autre Sandy qui aura tout détruit sur son passage… 

 

Le second grand volet de movescount :
la communauté


Si je me suis mis à l’informatique il y a de longues années, je n’en ai pas moins du mal à céder au chant de ces sirènes-là. Trois raisons à cela :



1.  Quand quelque chose est gratuit, il faut se dire que c’est nous le produit. 


2.  Et puis, combien même les réseaux sociaux voudraient-ils montrer patte blanche, essayer de supprimer un compte Face de book, et les données que vous y avez postées. Vous comprendrez que c’est complètement impossible, Facebook se rendant propriétaire des informations postées sur son site. Tout est archivé sur Internet, gardé en mémoire, plus efficace que l’œil de Moscou, c’est Google and Co. Du coup, des photos… que vous auriez insérées à 15 ans mais dont vous ne seriez pas fiers à 20, vous poursuivront tout le temps. Où est le droit à l’oubli dans tout ça, le droit à l’évolution de sa pensée, de ses opinions ? Bref, je reste méfiant face à ces outils, ces réseaux qui peuvent pourtant montrer bien de l’intérêt, mais dont il est impossible de contrôler les contours.

    
3. And the last but not the least : je passe déjà beaucoup trop d’heures devant l’ordinateur pour m’en rajouter avec les réseaux sociaux : bien trop chronophage à mon goût. Has been ? A chacun de voir, j’assume.

De fait, je ne critique absolument pas ce qu’a voulu faire Suunto, d’aucuns y trouvera son intérêt, mais perso, je n’ai pas encore pris le temps de m’y intéresser. Il le faudra pourtant bien un jour ou l’autre, quand la pression de mes enfants se fera trop forte et qu'il me faudra les accompagner dans la découverte de cet outil qui nécessite un réel apprentissage.

Maintenant, j’admets que cela permet un partage plus facile et plus rapide des choses, que cela peut amener à découvrir plus facilement la région dans laquelle on vient s’installer, qu’il devient facile de suivre un enfant qui grandit et s’éloigne vers d’autres contrées, un ami et ses péripéties, non c’est certain, il n’y a pas que du mauvais.

Pour en revenir au réseau Suunto : 
Il faudra choisir dans son profil entre rester caché ou accéder à la communauté, que ce soit au sein d’un groupe ou non. 

Bref, en participant à la communauté, vous pourrez être suivis de vos « fans » et suivre les personnes que vous choisirez.

Vous pourrez également accéder à des itinéraires proposés par d’autres, pratique quand on est nouveau dans une région, ou tout simplement en vacances.

Finalement, ne pratiquant pas les réseaux sociaux, j’aurais du mal à parler de celui.ci, n’ayant pas franchement de point de comparaison, ni de culture communautaire, j’aurais du mal à mettre en lumière tant les points forts que les manques. J’ai bien créé une page Facebook en lien avec mon blog, mais elle est encore bien déserte.

Cela dit, vous n’êtes pas obligé d’avoir une montre Suunto pour aller sur Movescount, donc libre à chacun de venir y faire un tour. 

PS : j'éditerai ce billet dès que j'aurais réglé mon problème de copie d'écran, je n'arrive pas à insérer les dernières.

POUR RESUMER
Voilà, un site bien fait, graphique, ludique, intuitif, pour gérer sa montre, avant ou après ses sorties.

Il sera accessible à la fois aux PC et aux croqueurs de pommes.

J’ai été séduit par la quantité des outils d’analyses clairs, instructifs proposés par Movescount.

Les aficionados des réseaux sociaux trouveront également de quoi se mettre sous la dent

Mais c’est aussi l’unique solution proposée par Suunto pour

             ·    paramétrer la montre

             ·   préparer ses entraînements (future mise à jour)

             ·   analyser ses sorties, ses moves.

Cela rend l’utilisateur cruellement prisonnier de Suunto, et ce d’autant plus que les fichiers xml enregistrés sur le disque dur local seront régulièrement supprimés lors des synchronisations de la montre. Gare donc aux utilisateurs qui vivent en zone blanche et les autres qui seront privés de l’Internet, même temporairement, pour des raisons indépendantes de leur volonté, ils se sentiront vite floués.

2 commentaires:

Thierry a dit…

Bonsoir Malo,
Depuis maintenant un petit moment tu étudies la montre sous toute ses coutures. Peux tu dire si cette montre vaut le coup où pas d'après toi ? J'ai l'impression que tu restes sur ta faim ? Je me trompe ?

Malo97 a dit…

Bonsoir Thierry

Si tu cours en trail, que tu fais du dénivelé, que tu pratiques le fartlek, que tu fais de (longues?) sorties à vélo ou en roller, voire de la course d’orientation… cette montre est faite pour toi.

Le gros truc qu’apporte cette montre, c’est son accéléromètre au poignet qui est techniquement nettement au dessus de toute la concurrence. Le système FusedSpeed™ apporte un vrai progrès dans le calcul de la vitesse instantanée et dans la stabilisation des allures, surtout lors de fort ralentissement des allures (phase de récup) ou lors d'accélérations marquées (30/30).

Par rapport aux Garmin qui ont aussi le GPS intégré à la montre, et non déporté sur un POD à mettre au bras, l’Ambit a pour elle également de rester une vraie montre utilisable au quotidien tout en restant discrète, quand les 305, 310xt, 910xt et autres 610… ne seront vraiment utilisables que pour l’activité sportive. Le GPS étant ce qui mange le plus d’énergie, il sera désactivé par défaut et activé que pour les activités sportives qui le réclament

Mais c'est vrai qu'aujourd'hui, avec la Version 1.86 de la montre, je reste sur ma faim car cette montre a pour lacune principale de ne pas (encore) proposer le fractionné automatique. Quand on n’a pas de piste d’athlé à dispo et qu’on fractionne à la campagne, c’est gênant. Du coup, aujourd’hui, sauf à courir sans plan d’entraînement particulier, cette montre n’est pas (encore) faite pour les coureurs à pied exigeants.

Deuxième gros point qui me gêne : le passage obligé par le site Movescount pour paramétrer sa montre. Certes c’est affaire de goût, moi, j’ai comme l’impression d’être prisonnier.

Tous les autres petits défauts que j’aurais pu signaler ne sont finalement que peccadille à côté et surtout affaire de goût. De toute manière, aucune montre n’arrivera à satisfaire pleinement 100% des coureurs.

Ma réponse ne peut cependant pas être définitive, car nous attendons sous peu (fin novembre 2012, la semaine prochaine ?) une mise à jour que Suunto promet comme majeure : la V2. Cette mise à jour devrait (entre autre) permettre la programmation et l'utilisation de fractionné (YES!).

Autre amélioration promise et non des moindres : permettre à l’utilisateur final de programmer lui-même de nouvelles fonctions pour sa montre et proposer son amélioration à la communauté, à chacun d’y voir ou non son intérêt. Absolument aucune autre montre ne permet ça aujourd’hui. Il ne sera donc pas forcément nécessaire d’être une bête de programmation pour obtenir des améliorations. Mais j'attends de voir.

Bien sûr, dès que la mise à jour sera faite, je me jetterai dessus et j'irai voir ce qu'elle permet. Je la testerai (mon genou blessé va mieux, je devrais pouvoir reprendre le fractionné sous 8 / 10 jours) et j’écris dans la foulée un 1er article de constatation puis un second article plus fouillé d’ici aux vacances prochaines quand j’aurais pu prendre le temps de pratiquer un peu plus à fond cette nouvelle mouture.
Bref, je branche tous les jours la montre à l’ordi en quête de la nouvelle version.

Avec cette nouvelle version, cette montre promet de devenir un véritable bijou.