Bon plan

samedi 20 juillet 2013

C'est au tour de la Bryton 60H de passer sur le banc d'essai

PREAMBULE





Voici une montre découverte par hasard en surfant sur la toile. Je ne connaissais pas la marque, BRYTON, mais ce qu’elle proposait pour le prix m’a suffisamment intrigué, pour que je prenne contact avec le représentant français de la marque, Laurent Guimard de TecnoGlobe.

Elle est dotée d’un GPS, est plutôt destinée aux triathlètes (que je ne suis pas, même si je pratique les trois disciplines) et surtout, surtout, il s’agit d’une vraie montre accessible au quotidien . C’est la Bryton Cardio 60. Pour ceux qui ne pratiquent que la course à pied, un autre modèle dédié à la CAP est également disponible, la Cardio 40.


Après nous être parlés au téléphone, lui avoir dit ce que j’attendais (essayer et parler de sa montre sur mon blog), Laurent Guimard m’a donc envoyé en prêt (je le précise) un de ses modèles, je l’en remercie. La Bryton 60H c’est :
  1. Une montre multisports ANT+,
  2. Etanche 5 atm, ou 30M suivant les sources d’informations,
  3. GPS avec puce Sirf IV
  4. Capteur de cadence intégré (même si cet aspect n’est pas énormément mis en avant je trouve !),
  5. Un cardio ANT+
  6. Une partie communautaire en ligne
  7. Des outils en ligne d’analyse et de résumé de l’ensemble de son activité
  8. La possibilité de créer des entraînements directement sur la montre, ou bien en ligne (BrytonSport.com) pour les renvoyer ensuite sur la montre.
  9. Une partie communautaire pour relier les utilisateurs entre eux.

Commençons par parler de ce qui fait que cette montre est intéressante et mérite qu’on lui porte de l’intérêt, sans ordre d’importance :
  1. Sa mise en route est simple, intuitive, pas grand-chose à dire. La première fois, on détermine la langue d’utilisation, son sexe, âge, poids et ça court. On pourra modifier ces paramétrages par la suite si besoin est (pour le sexe, il y a peu de chance, mais pur le poids, c'est plus certain...).
  2. Montre au quotidien avec une autonomie de 28 jours sans utilisation du GPS.
  3. Montre avec une bonne autonomie de travail : 16h avec GPS actif (donnée constructeur). 
  4.  Date + alarme
  5. Capture satellites : rapide, plus rapide que ma Garmin 910XT (faut dire, ce n’est pas difficile non plus). 
  6. Etanche qui permet de nager, ce qui n’est pas le cas de beaucoup de montres qui ne sont qu’IPX7 (IPX7 = étanche sous la seule douche !)
  7. Montre dotée d’un cardio-fréquence mètre ANT+
  8. Vibre, ce que proposent très peu de montres à ma connaissance. Personnellement, j’y vois plus qu’un simple gadget, mais un vrai atout lors de sorties en milieu un peu bruyant, ou l’hiver quand je protège mes oreilles de la froidure du temps.Bref, un plus, quoi.
  9. Export de données vers plusieurs formats (bdx, tcx, pwx et gpx) et le transfert vers des sites comme « trainingpeaks ».
  10. Ecran large : quand on est presbyte, ça compte
  11. Légère : 46 gr sur ma balance, contre 69 gr pour la Garmin 910xt et 115 gr pour ma montre du quotidien. Certes, ma balance sous-estime légèrement les masses, mais les écarts demeurent.
  12. Programmable : On peut programmer des entraînements personnalisés ou profiter des entraînements Bryton.
  13. Le site internet BrytonSport propose différents outils d’analyse des sorties, à l’instar de Suunto ou de Garmin et sans doute d’autres marques. Cela devient la norme. On peut facilement se créer un compte (gratuit) pour s’en faire une idée.
  14. Ses prix : 250€ en version 60H, la version du test, 300€ en version 60T (la même que la 60H avec en sus un capteur de cadence pour le vélo) et pour les petits budgets ou pour les seuls coureurs (à pied), la version running à 220€ (40H) ou à 200€ en version sans cardio (40E).
 LES RÉGLAGES

Les modes de fonctionnement de chaque sport :

On réglera les écrans de la montre en fonction du sport choisi, que ce soit la course à pied, le vélo, le triathlon, la natation en extérieur ou encore la partie multisports (donc pas que le tri). Chaque sport aura donc SON paramétrage, on ne pourra que s’en réjouir. 

Prenons la CAP. On réglera d’abord jusqu’à 4 écrans d’informations, avec un maximum de 4 infos par écran.  
Puis on réglera les deux écrans optionnels de la même manière, nous y reviendrons.


« Mon tour » permettra de régler deux types d’intervalles automatiques qui afficheront des informations sur l’écran : soit des alertes de position GPS (atteinte d’un endroit particulier) soit des alertes de distance (par ex. franchissement tous les 1 km). Ces intervalles automatiques pourront être consultés ensuite sur le site. Malheureusement, même si l’écran pop up est large, les informations sont écrites en trop petits caractères pour le presbyte que je suis. Si la police d’écriture pouvait apparaître en gras, ce serait plus simple à lire, surtout dans le feu de l’action.


«Rappel ex.» permettra de régler des alertes que Bryton. Ces alertes sont au nombre de 5 : (temps, distance, cadence, FC et allure).






Sortie des traductions alambiquées, cette montre fait son job de ce côté-ci. C’est très bien.
 


 

L’horloge 

On pourra régler l’alarme, l’heure, la date et  « le type de temps », en d’autres termes, régler le type d’affichage de l’heure : analogique (des aiguilles donc) ou numérique. C’est sympathique.
 

La montre (réglages généraux) 

 

Dans "Système", on réglera le temps d’éclairage de l’écran, les bips et vibrations de la montre, les unités de mesure et la langue d’utilisation. 

Le mode de fonctionnement du GPS (éteint, allumage continue ou économie d’énergie). 

L’option "Mde course"  permet de remettre le chrono à 0 après un échauffement tout en gardant le GPS actif. Du coup, quand on relance le chrono, il repart directement sans avoir besoin de réactiver le GPS. Pas de risque de perte de signal au moment du coup de feu ! La contrepartie, pas franchement grave me semble-t-il : ça consomme plus d’énergie.

Le "chgt auto." ou auto scroll ou défilement automatique des écrans. On réglera la fréquence de défilement des écrans.

Le "file saving", donc pas traduit, sera une option d’écrasement automatique ou non des fichiers journaux en cas de saturation de la mémoire. 

Contraste, pour le contraste de l’affichage. 

Les capteurs 
Le cardio que l’on pourra rechercher et activer, ainsi que les capteurs de vitesse, cadence et vitesse / cadence. La montre étant ANT+, on pourra lui associer les capteurs idoines. Toutefois, elle ne reconnaît pas (encore?) les accéléromètres à installer sur la chaussure ou le capteur de puissance pour les vélos.
 
Le profil
On réglera le profil de l’utilisateur : sexe, âge, taille, poids, FC max, LTHR et on indiquera une performance déjà réalisée sur une distance. 


L’intérêt de cette dernière option est qu’elle déduira des allures de travail (allure 10, semi, marathon...) pour les entraînements en fonction de la perf enregistrée. En fonction de quelle méthode par contre, je ne le sais pas. (« cible » option « type de formation pace », 11 choix préprogrammés qui seront calculés depuis la performance entrée). J'y reviendrai un peu plus bas.
 

LES ENTRAINEMENTS, LA PROGRAMMATION

On peut programmer les entraînements soit directement sur la montre, soit depuis le site internet. Le site internet permettra des programmations plus poussées.


Sur la montre

Il faut se rendre dans « train et essai ». Vous me direz, mais que vient faire la SNCF là-dedans ? Encore un effet de la traduction qui pêche. Le train vient de l’anglais « training », donc entraînement…

On pourra programmer des entrainements :
  • simples (temps, distance ou calories), 
  • par intervalles simples (un seul type d’intervalle avec échauffement et récup),
  • des entraînements personnalisés avec plus d’étapes possibles.
--> Attention à bien enregistrer / nommer l’entraînement avant que de l’exécuter, sinon, il ne sera pas mémoriser, on ne pourra pas s’en servir.
 

Petit aparté : si on veut cibler une allure de travail, il faudra choisir sur la montre le terme "cadence". On pourra soit se mettre une allure personnalisée qu’il faudra régler à chaque fois, soit utiliser des allures pré programmées, lesquelles auront été calculées depuis la performance indiquée dans les réglages de profils (voir plus haut). 
Cela dit certaines programmations portent des noms très évocateurs (mais pas toutes).  Comme base du calcul, j’ai entré 44:30 sur 10 km comme meilleure perf. Cela donne :
  • Cad. Rech : 7:51 / 6:43
  • Cad. Réch : 7:51 / 6:43 (et oui, on retrouve sur la montre deux fois la même ligne, avec juste un accent en plus)
  • P half mar : 04:50 / 04:28 -> Cela reste large. Meilleure perf faite en 4’40 sur semi en 2012, donc ça correspond.
  • P 10 miles : 4:42 / 4:26
  • P 10 km : 4:37 / 4:16 (ce qui correspond forcément)
  • .…
L'idée que de proposer des allures de travail type, telle l'allure 10, semi ou marathon, est à mon sens très bonne, même si en Europe, l’allure 10 miles ne nous est pas franchement utile. L'idée serait encore meilleure si également, on pouvait changer noms et valeurs de ces allures pour utiliser des valeurs en fonction de ses propres critères, telle la VMA et là, ce serait top.

Les entraînements à créer sur le site de Brytonsport.com

Avec un clavier, c’est tellement plus pratique et visuel devant un grand écran coloré. 
De plus, sur le site Bryton, les possibilités seront plus nombreuses :

Deux étapes à la création :

Etape 1 : on baptise l’entraînement d’un beau nom, on le décrit par ses mots, puis on renseigne le type d’activité visé (CAP, vélo…) (fig1)

Etape 2 : trois choses :

1. On détermine le type d’étape (appelé « type intervalle »). On a le choix entre « autre, préchauffage, travailler, constant, refroidissement (récup en fait ou "cool down"), restauration (c’est pour la 3ème mi-temps ? CHOUETTE ! sinon, en anglais, c’est recovery, pour récup aussi) sprint ou intervalle ».

Ce choix va se retrouver comme titre dans la colonne de gauche sous « exercice ». (fig 2)

J’aurais préféré pouvoir écrire (et donc personnaliser) moi-même le nom du type d’intervalle.



Fig 2
----------------------------------------------------
-----------------------------------------------------------------

2.       On détermine la durée de l’intervalle, c'est à dire le moment où il doit prendre fin : 

Distance : on inscrit la distance à parcourir pour l’intervalle.
Temps : on choisit… "fois" (traduc, traduc...)
La FC max montante : l’intervalle s’arrête quand on atteint une certaine FC en partant d’une FC plus basse
La FC min descendante : l’intervalle s’arrête quand on redescend à un certain niveau de FC

D’autres options sont disponibles… (fig 3)
3. La cible permettra de déterminer l’objectif de la séance :
Vitesse : courir à telle vitesse…(km/h)
Alimentation, c’est en fait la puissance en watt à atteindre, mais la montre ne reconnaît pas actuellement les capteurs de puissance. 
La MHR (ou FC max) et LTHR (FC seuil Lactate)

… autant d’options possibles (fig 4).

Ce que j’apprécie, c’est la cible dite « type de formation pace ». Ce sont les allures calculées depuis la perf. inscrite dans le profil. Allez, une petite copie d’écran pour mieux comprendre (fig 5) :

 

Fig 5



Si certaines allures sont faciles à comprendre (« easy run » ou « marathon pace »), certaines allures sont plus obscures (différence entre «run tempo» ou «run intervalle»?). De plus, la dénomination des allures diffère entre la montre et le site internet… Pas pratique.

De plus, si un encart indiquant la valeur de l’allure sélectionnée pouvait apparaître, ce serait bien, car actuellement, on n'a que le nom de l’allure mais pas le temps correspondant.

 --> Si dans la montre, l'allure est traduite par "cadence", sur le site BrytonSport.com, la cadence correspond bien à de la cadence (nombre de pas ou de révolution de pédale par minute). L'allure, elle, sera traduite par "rythme". 


Si dans la montre encore, une seule entrée regroupe l'allure personnelle et les allures pré-programmées, sur le site, deux entrées seront présentes : l'entrée "rythme" et l'entrée "type de formation pace". Au final, on s'y retrouve, mais si les deux sources pouvaient avoir une meilleure symbiose, ce serait mieux. 

Egalement, on ne pourra pas modifier un entraînement déjà créé, il faudra en recréer un nouveau de toute pièce. On ne pourra pas non plus faire un copier-coller d’un entraînement existant pour en faire une base de départ pour la création d’un nouvel entraînement. Dommage

Il restera ensuite à envoyer l’entraînement créé sur la montre. 
Petit problème pas bien méchant à ce jour chez moi, l’envoi ne peut se faire que sous Internet Explorer, pas sous Firefox, Opera, avec ma config actuelle (Windows Seven pro 64 bit). Il semblerait par contre qu'avec Vista, cela fonctionne.

LES ENTRAINEMENTS : LEUR UTILISATION

Une fois programmé et envoyé à la montre, on enclenche un entraînement. La montre  bipe et / ou vibre à chaque fin d’intervalle (suivant réglages). Sur les gros intervalles, elle se manifestera une minute avant la fin, puis les 5 dernières secondes. J’apprécie vraiment l’aspect vibratoire. Loin d’être un gadget à mes yeux, cette particularité peu présente chez la concurrence, permet de sentir la fin d’un intervalle et de ne pas le louper en cas de bruits extérieurs importants.


Ce que j’adore également, c’est la manière qu’a la montre d’indiquer que l’on court en dehors des clous programmés. Prenons l’exemple d’un fractionné à faire entre 147 et 156 bpm.



  • FC trop rapide, la montre vibre et/ou bipe avec une séquence lente de 3 bips et l’indique au moyen d’une flèche qui va vers le bas, comme pour ralentir.

    FC trop lente, et la montre propose une séquence de trois bips rapides ainsi une flèche vers le haut comme pour accélérer.

 

Précision du GPS 

Lors d’un échauffement à une compétition, j’ai eu accès à une piste d’athlé. La tentation a été très forte. J’ai mis les deux montres en route, j’ai fait deux tours de piste. 
Sans être rigoureusement précise, la Bryton s’est montrée bien plus précise (398m par tour) que la Garmin (GPS + accéléromètre au pied non calibré et 420 m le premier tour). 

Là encore la Bryton fait mieux. Mais cet essai n’a été fait que sur deux tours de piste en footing d’échauffement très léger. Il faudrait pousser plus en avant la chose pour en dire plus, ne serait-ce qu'avec des changements d'allure, même si perso, je n’ai pas de piste d’athlé à disposition, alors…

Et puis quand on a une piste d'athlé à disposition, l'intérêt du GPS s'estompe, non ?

 

LE VELO

Si Bryton vend sa montre avec un capteur de cadence / vitesse (modèle 60T), je n’ai eu personnellement « que » le modèle 60H, le même que le T, mais sans capteur de cadence/vitesse. J’ai donc appairé mon capteur de vitesse/cadence ANT+ d’une autre marque à la 60H (Geonaute pour tout dire), l’opération s’est déroulée sans le moindre problème.

J’ai réalisé un parcours de 43 km vallonné sur 10 km (les dunes), et couvert sur plusieurs portions, avec mon VTC de 15 kg et les deux montres.


J’ai obtenu un écart final de 400 m entre les deux montres, sans que je sache dire laquelle était la plus précise.

Le capteur de vitesse / cadence, identique aux deux montres, a sorti également des données un peu différentes sur les deux montres. Cela peut-être dû à plusieurs raisons :

  • Des décrochages de lecture de la cadence sur l’une ou l’autre voire sur les deux montres. Il faut dire que le cadre de mon VTC rend un peu compliquée l'installation et le réglage de l'appareil.
  • Si la Garmin est configurée pour ne pas inclure les cadences de 0 (quand on arrête de pédaler pour se laisser aller), je ne sais pas ce qu’il en est de la Bryton.  La Garmin permet de changer ce réglage, pas la Bryton.

La vitesse maximale lue est également différente (1 km/h d’écart).

Pour autant, le couple capteur / Bryton fonctionne très bien avec le vélo, de ce que j’ai pu en juger. Cela dit, je ne suis pas cycliste non plus, je ne pédale généralement que quand la chaleur m’interdit de courir ou pour aller me balader. Alors certes, je prépare 1 voire 2 triathlons pour septembre, mais c’est plus pour le fun et accompagner des potes que pour aller performer, l’un des deux tri se déroulant chez moi, alors... Pour les plus cyclistes d’entre vous, je pense qu’un système dédié au vélo sera sans doute préférable, la Bryton, à l’instar des Garmin 310 ou 910, étant plus multifonctions, même si parfaitement dédiés à la pratique du triathlon ou du multisports de manière générale.

Notez aussi que 
  • je ne saurais dire laquelle des deux montres est la plus proche de la vérité, je ne teste pas en labo, je n'ai pas moultes capteurs pour vérifier les données.
  • Ces écarts de données sont globalement minimes entres les deux montres, au regard des distances et allures réalisées, il ne faut donc pas s'en formaliser.
  • ces écarts nous rappellent à une réalité : ces outils sont de formidables outils d'accompagnements sportifs, mais ne sauraient être pris pour des maîtres étalon, quelle qu'en soit la marque.
  •  

LA NATATION, PARCE QUE JE NAGE AUSSI

Déjà, côté étanchéité, rien à redire, elle est étanche, on peut nager sans souci avec. 

Deux sorties en test. 

Première sortie dans le lac de Maubuisson (au nord de Lacanau) avec de la vague, habillé de ma superbe et toute nouvelle combi de nage. Bref, baptême des deux en même temps.

Sortie de son étanchéité (je parle de la montre, pas de la combi), je vais avoir du mal à en dire beaucoup, ne connaissant pas la distance parcourue. Après tout, c’est un lac et non une piscine dans lequel j’ai nagé. 

J’avais deux montres, une à chaque poignet, toutes les deux avec un GPS.  Comme l’indique l’image des deux tracés GPS, ils sont assez différents et c’est peu dire.

Il faut expliquer que les signaux GPS sont arrêtés par l'eau, donc à chaque fois qu'une montre GPS est plongée  dans l'eau, elle perd le signal. Ceci est valable pour TOUTES les montres GPS, quelle qu'en soit la marque.

En attendant, les distances rendues diffèrent : 770 m vs 670 sur les montres. Mais, les données exportées vers Sport Tracks varient pour descendre à 111 m pour la Bryton vs 740m pour l’autre montre. Là, c’est moins terrible. 

L’export des données, ce n’est pas encore ça, la deuxième montre pêche également, mais dans des proportions bien moindre cependant.
 


Encore une fois, ne me demandez pas laquelle des deux montres a été la plus juste, sans distance mesurée, ce n’est pas possible de le savoir, remettant encore une fois avec justesse les choses à leur place: si ces montres GPS sont encore une fois de formidables outils d’accompagnement à  la performance, elles n'en restent pas moins que des outils de calcul non absolu, quelle qu'en soit la marque.


Deuxième sortie, toujours dans le même lac, mais sans vague. Je me suis décidé à nager en parallèle (plus ou moins) de la plage.
Là, les tracés GPS sont désormais bien plus concordants. Les distances données par les deux montres ne sont pas mal non plus (2150m et 48:53 pour la Garmin vs 2250m et 45:35 pour la Bryton). 

Si les distances enregistrées sont très proches (sans dire laquelle est la plus proche de la réalité), on notera un nouvel écart de temps  entre les deux montres. Sans doute encore un effet de l’autopause, quoique à chaque pause (réelle), j’avais eu l’impression d’avoir correctement appuyé sur la pause de la montre. 

Depuis, j'ai réalisé d'autres sorties natation sur ce même lac, à chaque fois de +2000m. Si on fait exception de la première sortie, toutes celles qui ont suivi ont donné un résultat similaire sur les deux montres. 


Là où le bas va blesser sur la Bryton, ce sera au niveau de l’exportation des données vers Sporttracks où la distance de 2250m sera ramenée à… 556m pour une durée de 7:13 (!) et un temps de pause de… 43:35 ! Dans Sportracks, il faudra que je passe en mode « utiliser les valeurs manuellement » dans le résumé pour obtenir des données de bon aloi (2253m), sauf côté durée (53:48 de nage dont 43:35 de pause). Par contre, la récupération des données en ligne sur le site de BrytonSport sera concordante avec les données de la montre. 

Cela dit, l’exportation des données de Garmin vers Sporttracks rapporte des données divergentes également, mais dans une bien moindre mesure (2272,8m en distance), tandis que les données fournies par Garmin Connect sont également concordantes avec la montre. Par contre, sur Garmin Connect, j’ai dû me transformer en saumon en plein frai vu le gain d’altitude de 10 m…   

Là où je rigole par contre, c’est dans la vitesse max relevée : 23km/h pour la Bryton vs 19,5 km/h pour la Garmin. Ne cherchez pas, ni Johnny Weissmuler, ni Yannick Agnel n’auraient pu faire aussi bien ! C’est en fait dû à l’effet « montre mise hors de l’eau », du coup, au moment où j’ai fait une pause, la capture des signaux a été plus aisée et chacune des deux montres ont dû faire une ligne droite entre le dernier point enregistré et le nouveau. En effet, rappelons que sous l’eau, les signaux GPS ne passent pas, quelque soit la marque, c'est l'une des caractéristiques des signaux GPS.  

C'est pour pallier à ce genre de problème que certains tri athlètes mettent leur montre dans leur bonnet. Du coup, la montre est quasi tout le temps hors de l'eau, le tracé GPS plus concordant avec la nage réalisée. J'avoue, je n'ai pas encore essayé.

Au final, les deux montres ont un comportement très similaire dans l’eau vive et j’en suis plutôt satisfait. 
Rappelons que la Bryton est dédiée à la nage en extérieur.



ET CETTE MONTRE ALORS, EST-ELLE IDEALE ?


Si la Bryton 60H dispose de quantité d’atouts, comme nous l'avons déjà vu, certains défauts sont à relever (mais quelle montre peut se targuer du contraire ?) :

Les fautes d’orthographes : 

Ce sera le 1er point d’achoppement pour moi : elles se glissent un peu partout sur le site Bryton et les traductions de l’anglais sont (à la limite du)… pas terribles. Quelques exemples parmi d’autres :  
  •  « Time » qui est traduit par « fois » au lieu de « temps »,
  • « train & test» (training) qui est traduit par « train et essai » au lieu de « entraînement »
  • « Préchauffage » pour « échauffement » ou encore « refroidissement » pour « récupération »… 
Les traductions pour mettre en avant les notions de vitesse, d’allure, de rythme, et de cadence se croisent parfois. Du coup, on pourra parfois s’emmêler les pinceaux. Exemple de traductions qui se chevauchent quand on règle les écrans de la montre :
  •  « Vmoy DT » donne la vitesse moyenne du dernier tour. « VmoyDT » (sans espace) donne l’allure ou le rythme moyen du dernier tour,
  • Les mots anglais sont : LLapASp (Last Lap Average Speed) vs LLapAvP Last Lap Average Pace, ce que l’on comprend mieux.
  • Sur la montre, quand on prépare un entraînement par intervalle et que l'on veut cibler une allure de travail (allure 10km par exemple), il faudra alors choisir l'entrée "cadence". Ce champ regroupera tant les cadences pré programmées, que la possibilité d'entrer soi-même une cadence.
  • Par contre, si on prépare le même entraînement sur l'ordinateur, le mot "cadence" servira bien à gérer une cadence de pas ou de révolution de pédales. Pour travailler sur son allure, on aura alors deux entrées au choix : "rythme" pour entrer à la l'allure min et max et l'entrée "type de formation pace" pour accéder aux allures préprogrammées. De plus, les noms des champs ne seront pas mis dans le même ordre que sur la montre...

On aurait dit que la traduction a été laissée au soin d’un robot. Pourtant, la notice d’utilisation, même si (trop) succincte, est écrite dans un français correct. Le site Internet de BrytonSport est bien écrit aussi, malgré des erreurs d’orthographe dans certains titres (« cours de récréation »). 

Bref, copie à revoir, tant sur la coordination des termes / notions utilisé(e)s entre la montre et le site que sur la traduction de l'anglais. Ces remarques ont déjà été remontées pour correction.

A me relire, j'ai l'impression d'insister lourdement sur un problème certes important, mais pas non plus si handicapant que cela. Sans doute est-ce dû à mes longues années de traductions d'anglais et d'allemand et à mon métier actuel où le langage y a une place importante... 

Question réglage de la montre :


L’heure : la gestion des fuseaux horaires pose problème, la montre en synchronisation satellite ne donnera pas la bonne heure. Il faudra  régler à la mano les heures, ce qui est possible. Cependant, le décalage horaire se retrouvera dans l’historique des sorties. Pas dramatique en soi, mais quand même gênant quand on veut parfois s’y retrouver dans les différents fichiers. Problème également remonté, qui sera corrigé prochainement. 

Les champs de données des écrans ne sont pas triés du tout. Exemple depuis le début de la liste des champs : « Long moy pas dernier tour », puis « Long. moy. pas au tour », « pas moyen au dernier tour », « pas moyen par tour » (bon, ça parle de « pas ») puis « %LTHR au tour »… puis plus bas des champs de FC, de distance, de vitesse, de rythme, puis arrive le « compte tour», pour revenir plus bas au pas avec la « longueur moy du pas », puis « pas max » puis plus bas encore on repart sur la FC avec le « % LTHR »… pour finir le listing sur les calories. Bref, c’est la jungle. Un tri plus rigoureux par catégorie serait le bienvenu ! 

Les 4 + 2 écrans de la montre. Si j’ai pu régler les 4 écrans principaux sans problème et les 2 autres écrans « Tour », je trouve dommage que ces deux écrans supplémentaires ne soient accessibles que sous certaines conditions. 



Concrètement, pour accéder à ces deux écrans supplémentaires, une fois réglés, il faut réunir plusieurs conditions :

  • Les avoirs paramétrés et activés – normal vous me direz.
  • Enclencher le chronomètre en mode « exercices » - donc ces écrans ne seront pas accessibles en mode entraînements programmés (train &  essai »),
  • Avoir appuyé une première fois sur le bouton central des intervalles « lap »

Comme dit l’adage, qui peut le plus peut le moins. Pourquoi ne pas donner accès à ces 6 écrans en toutes circonstances ? Libre à chacun de les activer, ou pas, non ?

Côté chrono, ce n’est pas ça non plus !


On peut avoir le "temps de l’itinéraire" (donc pauses comprises) ou le "temps de course" (donc le seul temps passé à courir, arrêts temporaires exclus), ce qui équivaut à avoir une montre avec une autopause obligatoire. Aujourd’hui, cette autopause ne peut pas être chuintée. Du coup, quand j’enclenche le chrono au sifflet de départ d’une course, si je dois attendre quelques secondes avant que de pouvoir d’abord piétiner, puis marcher sur quelques mètres et avant que de pouvoir réellement courir à cause du nombre de concurrents, ou si je fais des haltes aux ravitaillements, j’aurai à la fin un « temps de course » différent du « temps d’itinéraire ». Ce problème d’autopause obligatoire est en cours de correction.


La pause manuelle du chrono n’est pas optimisée lors d’un entraînement programmé : Si j’appuie sur le bouton « pause », un écran apparaît « voulez-vous arrêter » oui / non.
  • Si je sélectionne « oui », tout s’arrête et le fait de relancer le chrono remet le chrono d’abord à zéro (logique).
  • Si je sélectionne « non », le temps continue comme si aucune pause n’avait été faite. Du coup, on ne peut pas mettre son entraînement programmé sur pause.
Pour bien préciser la chose, la pause fonctionne par contre très bien en mode chrono manuel ou « exercices », que ce soit en CAP, à vélo ou en natation.


COTE PROGRAMMATION D’ENTRAINEMENTS,


Comme évoqué plus haut, si les allures de travail préprogrammées depuis une performance déjà réalisée, représentent une très belle initiative, elles mériteraient également d’être paramétrables par chaque utilisateur, tant le nom que les valeurs basse et haute, chaque coureur étant différent. 
En attendant, les allures Bryton calculées depuis une perf enregistrée par l’utilisateur, semblent correspondre assez bien à la perf rentrée. Il serait cependant bon que Bryton précise la méthodologie de calcul dans son mode d’emploi en ligne.

PASSAGE DES ECRANS SUR LA MONTRE :


Pendant un entraînement, quand on veut passer d’un écran à l’autre, on ne peut actuellement que descendre de l’écran 1 vers le 2 puis vers le 3 et le 4. On ne peut pas remonter dans l’autre sens. En d’autres termes, si on se trouve sur l’écran 3, on devra repasser pour le 4 et le 1 pour retourner à l’écran 2. Pas hyper ergonomique. Le bouton en haut à droite, qui possède pourtant une petite flèche verte vers le haut, a une autre fonction pendant les temps de course, comme je l’indique plus bas. 


Personnellement je dis :
un bouton = une fonction, c’est plus simple. 

 

REALISATION DES ENTRAINEMENTS :

  • Côté écran pop-up qui apparaît lors d’un intervalle, si celui-ci profite avantageusement de tout l’écran, je dirais que malheureusement, trop d’informations sont affichées, à savoir 4 lignes. Du coup, pour tout afficher, c'est écrit petit, la lisibilité y perd nettement en efficacité. Sur cet écran, s'afficheront le numéro de l’intervalle, le temps de l’intervalle, l’allure moyenne au km, le temps total depuis le début. Ces quatre informations mériteraient d’être inscrites sur deux écrans qui se succèderaient. Cela dit, le numéro de l’intervalle et le temps de l’intervalle me paraissent suffisants. Au final, trop d’infos tuent l’info. 


    D’un autre côté..., si on pouvait paramétrer les affichages de cet écran également, dire ce que l’on voudrait y voir s’afficher… ça personnaliserait encore un peu plus cette montre.

    Quand on programme une étape avec passage manuel à l’étape suivante, il faut d’abord se mettre sur le bon écran de la montre (pas pratique) et appuyer sur le bouton en haut à droite, évoqué plus haut, pour passer à l’intervalle suivant (pas logique). Pourquoi ne pas utiliser le bouton central qui sert normalement aux intervalles pour passer d’un intervalle à l’autre justement ? Un bouton = une fonction, on y revient.
  • Le point important selon moi à faire évoluer, c'est de permettre de chuinter une étape d’un entraînement programmé, quelle qu’en soit la raison (par exemple 10x1’ prévus, on veut s’arrêter au 8ème et finir en récup). Cela est actuellement impossible. Il faudra laisser le chrono défiler jusqu’au 10ème intervalle + récup avant que d’arriver à la phase de récup finale. On devra donc subir les bips d’allure trop lente, les bips de fin de phase active et les bips de fin de récup avant que d’arriver à la récup finale. Même punition si on veut écourter un échauffement programmé trop long par exemple : "t'as voulu faire 40 min d'échauffement ? Et ben mon gars, tu vas les faire".

DE L'EXPLOITATION DES ENTRAINEMENTS ET DES FICHIERS DE LA MONTRE IMPORTES SUR L’ORDINATEUR


J’avais dit plus haut qu’il était possible d’exporter les données pour les récupérer dans différents logiciels ou sur différents sites en ligne (Fittrack, Strava, TrainingPeaks). Personnellement, je travaille avec Sport Tracks 3. J’ai bien pu charger trois des quatre formats depuis Sport Tracks (sauf le bdx). Seulement, aucun des trois autres formats compatibles n’a pu me fournir le détail de mes fractionnés. Donc, sauf à faire un footing ou une compet où seuls les temps de chaque kilomètre peuvent être exploités (si on a programmé la montre en intervalle automatique tous les 1 km), je ne peux pas analyser les fractionnés programmés et réalisés lors d’un entraînement. Sur le site de Bryton non plus d’ailleurs.

Pour aller plus dans le détail, si je réalise un entraînement avec des intervalles programmés (genre échauffement + 10 x 30/30 + récup), je n’aurais donc pas le détail de mes intervalles 30/30, que ce soit sur le site Bryton ou dans les fichiers exportés. Pour avoir le détail des intervalles, il me faudrait démarrer le chrono et réaliser mes intervalles manuellement sur la montre au moyen du bouton central « intervalle ». Et encore là, j’aurais deux limites :

  1. je n’aurais le détail des intervalles que sur le site de Bryton, je ne les retrouverai pas à l’export dans les fichiers, ni dans le journal des historiques dans la montre d’ailleurs.
  2. Si jamais je devais avoir programmé la montre pour qu’elle enregistre automatiquement mes intervalles tous les 1 km, comme cela se fait souvent, la montre ne saura pas séparer les intervalles automatiques des intervalles manuels supplémentaires. Prenons un autre exemple : si je fais des séries de 800m, avec intervalles manuels, très rapidement les deux intervalles  (auto 1 km / manuel 800m) vont se chevaucher. Du coup, je n’aurais ni les intervalles des 1km, ni les intervalles des 800m, il ne saura faire le distingo entre les intervalles manuels et les intervalles automatiques. En solution, il faudrait que :
    • les intervalles automatiques soient automatiquement chuintés lors d'un entraînement programmé, ou que
    • la Bryton sache distinguer les intervalles réglés dans l'option "mon tour" des intervalles d'un entraînement programmé,
    • sans oublier un éventuel intervalle manuel.
 

COTE ENTRAINEMENTS, CE QUE J’AIMERAIS

  • Pouvoir paramétrer le nom de chaque étape de l'entraînement et ne pas me contenter d’un simple « préchauffage » ou « intervalle ».
  • Pouvoir personnaliser moi-même les noms des cadences et leurs valeurs plutôt que de devoir me contenter des valeurs calculées par Bryton (lesquelles sont une bonne idée, rappelons-le)
  • Pouvoir changer l’ordre des étapes d’un entraînement, ou pouvoir en rajouter une et l’intercaler entre deux étapes déjà créées au moyen d’un système de flèches qui montent ou descendent, ceci dans la colonne de gauche, sous « exercice ».
  • Pouvoir modifier ou faire un copier-coller d’entraînements déjà enregistrés afin de m’en servir comme base de création d’un nouvel entraînement, plutôt que de devoir tout refaire de toute pièce.
  • Obtenir un tri alphabétique des séances d’entraînements, que ce soit sur le site Bryton ou sur la montre. Actuellement, l’ordre est mis dans l’ordre de création des entraînements. Je sais, je peux être pénible parfois avec ma manie de classer, trier, ranger, mais c’est tellement plus pratique pour s’y retrouver..
  • obtenir une amélioration de la gestion de la pause sur les entraînements programmés
  • ne plus avoir d'autopause obligatoire
  • Avoir une meilleure prise en compte des intervalles dans l'analyse des sorties
  • et SURTOUT pouvoir chuinter une étape d'un entraînement programmée avec une cible ou juste pouvoir l'écourter pour passer à l'étape suivante plus rapidement. 

EN CONCLUSION

Cette montre a bien des atouts, surtout si on ne cherche pas à trop pousser la programmation et j’ai de nombreux amis qui ne programment absolument rien sur leur montre. Du coup, pour une utilisation simple, même en multisports, la Bryton conviendra parfaitement, pour sa facilité d’utilisation, sa pluridisciplinarité et pour son prix plus abordable que celui de nombre de concurrentes dédiées au multisports. Elle le sera encore plus dans sa version course à pied seule avec la Bryton Cardio 40

Pour ceux qui poussent vraiment loin l'aspect technique des montres, ou qui recherchent une analyse très poussée de leur entraînement, il faudra attendre la prochaine mise à jour pour se décider. Mais quelle montre peut se targuer aujourd’hui d’être sans défaut ?

 

ATTENTION AUX RACCOURCIS LUS SUR LA TOILE

J’ai lu ici et là que cette montre serait une concurrente directe de la 910XT. Mais ce serait exagéré et surtout ce serait risquer de faire des déçus pour qui s’attendrait à obtenir une 910XT à moindre coût.

Ce qui la distingue en mieux de la 910XT :
  • La Bryton est une montre au quotidien avec alarme et jour d’indiqué
  • La capture des satellites est plus rapide
  • Elle a un capteur de cadence intégré, permettant de courir sur tapis roulant en intérieur et donnant une cadence de pas. Sur la Garmin (et bien d’autres montres), l’accéléromètre sera un accessoire payant, rajoutant près de 70€ au prix initial.
  • Quand on s’entraîne, si on ne respecte pas l’objectif visé, les alertes sont nettement plus visuelles, quand avec la 910xt, on ne doit se contenter que d’un pauvre message tout rikiki « accélérez » ou « ralentissez ». De plus, sur la Bryton, les alertes sonores sont différentes suivant que l’on est au-dessus, au-dessous ou dans la cible programmée. Hyper pratique
  • L’affichage des allures est plus stable au passage d’un intervalle à l’autre (bon pas essayé non plus sur un 30/30)
  • Son poids est plus faible
  • Sa mise en route est bien plus rapide
  • Évidemment, son prix, nettement inférieur.

Ce qui rapproche la Bryton de la 910XT  :
  • Son autonomie proche (16h vs 20h en données constructeur)
  • Sa compatibilité ANT+ et l’accès aux accessoires idoines (sauf le capteur de puissance)
  • Son écran large
  • Même s’il pourrait être mieux exploité, je trouve son bouton central pratique (la 910xt en possède 2 pour le coup),
  • La précision du GPS (une Sirf IV)
  • Son côté intuitif et simple d’utilisation

Ce qui l’éloigne de la 910XT :
  • elle ne compte pas le nombre de longueurs en piscine. La montre ne s’en cache d’ailleurs pas et propose un menu « nage extérieure ».  

Cette Bryton disposant d’un accéléromètre intégré au poignet, peut-être serait-il possible de l’exploiter en ce sens ? Si cela était techniquement possible, ce serait bien.

  • La Bryton ne dispose ni d’un altimètre barométrique ni d’un thermomètre associé. Cependant, le site Bryton déduira (en ligne) les données des altitudes rencontrées pendant la sortie, grâce aux données du GPS.
  • L’affichage des données sur la 910xt est plus facile à lire, la police de caractère étant en gras, contrairement à la Bryton. Quand on est presbyte, ça compte.
  • Aujourd’hui la Bryton ne gère pas les itinéraires ni des options type « retour au point de départ ». Perso, je ne m’en sers jamais sur la Garmin, mais tous ne font pas comme moi.
  • Personnellement, je la rapprocherais plus de la 310xt, les fonctions de cartographie en moins. Loin d'être honteux, c'est à mes yeux un compliment.  
JE FINIRAI EN DISANT QUE...


...cette Bryton gagne à être connue. 
Nul doute que les améliorations vont suivre, c’est un passage obligé pour se frayer un chemin et se faire une place au milieu des ténors du marché et autres outsiders de qualité

  • Pour les petits budgets, c’est un bon rapport qualité / prix
  • Pour une première montre GPS, c'est un (très) bon choix
  • Pour un renouvellement, elle aura largement de quoi plaire.

Pour ceux qui veulent avoir un retour sur leur pratique sans non plus se prendre la tête avec des analyses poussées (et j’en fais partie), ce sera une bien belle montre. 

Bref, affaire à suivre et comptez sur moi pour vous tenir au courant.

Edit Sept 2013

Plusieurs mises à jour ont vu le jour depuis la rédaction de cet article, notamment une très importe en septembre avec la correction de plusieurs points, dont la pause automatique.

Pour lire le billet lié à cette mise à jour, c'est par ici

Bon run

13 commentaires:

Fred a dit…

Bonjour,

Je vous remercie pour cet excellent test. Il m'a apporté bon énormément de réponses à mes questions.
Cependant, pourriez-vous m'apporter davantage de précisions concernant son utilisation dans l'eau ?
Notamment est ce que le rythme cardiaque peut être affiché lorsque l'on nage ?
Le cas échéant, la sangle reste-elle bien en place ?

Je vous remercie par avance pour ces précisions.

Sportivement,

Fred

Malo97 a dit…

Bonjour

Non, la ceinture n'enregistre pas les puls dans l'eau, l'eau coupe le signal. C'est le cas de toutes les ceintures ant+ fonctionnant à 2,4 Ghz.

Une solution consiste à prendre la ceinture Memory belt de Suunto. Elle enregistre sur une puce les pulsations que l'on peut récupérer APRES son entraînement, donc pas de consultation pendant l'effort sur une montre, pas d'alerte de dépassement... Quant à son coût... autour de 180€ la ceinture + 30€ le dock qui réceptionne la ceinture et les données. Du coup, cette ceinture peut être utilisée sans montre, car le dock renvoie les données après l'entraînement sur l'ordi

Chez Polar, une ceinture cardio H2 permettrait (non essayée) la liaison de la FC sur montre pendant la nage, mais uniquement avec certains modèles compatibles, dont le RCX5. Cela dit, peut-on lire les données en temps réel ? Je ne le sais pas. D'un autre côté, la consultation de la montre quand on est dans l'eau avec des lunettes sur le nez, pas top top.
Le prix de cette montre n'est cependant pas le même non plus, car avec tous ses accessoires (et rendre le produit "équivalent" en terme d'équipements à la Bryton), il faudra compter de 490€ à +600€ suivant les vendeurs...

Quant à savoir si la ceinture glisse, je suppose que pour les filles, elles doivent pouvoir la coincer dans leur brassière. Quant aux gars, sauf à nager avec une combi, cela risque d'être compliqué, surtout en piscine avec les culbutes. Cela dit, en eau vive, avec les remous voire les vagues, je ne suis pas convaincu du résultat final non plus.

D'ailleurs, à regarder les reportages sur nos fabuleux nageurs internationaux, on ne les voit jamais avec un cardio autour du torse quand ils nagent, c'est peut-être parce que ce n'est pas si pratique que cela ?

Bon run

Malo

Fred a dit…

Bonjour,

Merci pour cette réponse rapide.

Excusez moi, je me suis mal exprimé. Quand je parlais d'afficher le rythme cardiaque, j'entendais par là que la montre puisse réceptionner les données et nous indiquer en temps réel le dépassement d'un seuil (via bip sonore ou vibration).

J'avais effectivement lu que polar faisait ce type de système avec la RCX5. Mais je souhaite absolument que mon futur cardio intègre le gps et non pas que ce soit un périphérique (G5). Eliminé de ce fait...
La RC3 GPS n'était pas loin de la perfection. Malheureusement, ils ont loupé un best seller en laissant leur montre perméable et donc incompatible avec la ceinture H2...Dommage.

Pour la suunto, je ne connaissais pas cette ceinture (qui coute un bras d'ailleurs). Le principe est intéressant mais inadapté à cette fameuse alerte recherchée.

Effectivement, la ceinture ne doit pas être facile à maintenir. Je m'attendais à votre réponse qui semblait logique. On a encore le droit de rêver ...

Au final donc, le cardio parfait n'existe malheureusement pas. Mais face à ce magnifique test que vous avez réalisé et aux autres que j'ai pu lire ça et là, je pense que la Bryton demeure la solution la plus appropriée à ceux qui veulent se faire plaisir avec un équipement (presque) complet et surtout sans se ruiner.

Merci encore.

Fred

Pedro a dit…

Bonjour,
Vous avez l'air assez à l'aise avec la montre, je le suis un peu moins. J'ai du mal à programmer un entraînement tout bête de type 3x 6x40"40" avec du repos entre chaque série. Vous pouvez m'aider?
Merci

Malo97 a dit…

Bonjour Pedro

Pour te répondre, j'ai créé un nouveau billet avec des copies d'écran, un "pas à pas" pour refaire ton entraînement, en guise d'exemple.

C'est par ici
http://malon97.blogspot.fr/2013/08/creer-un-entrainement-avec-la-bryton.html

Bon run

Zutalor a dit…

Bnsr,

j'hésitais, jusqu'à hier, entre la nouvelle Forerunner 220 de chez Garmin et la Timex Ironman Trainer 2.0.

Ben voilà, j'ai opté, au vu des essais effectués, par ailleurs : ce sera finalement la Bryton et ceci entre autre grâce à votre excellent test de fonctionnalités (et le tutoriel en lien, très clair et répondant à mes attentes).

Plus qu'à me déterminer entre la 60 et la 40, sachant que je suis plus coureur que cycliste. En attendant, merci pour cette excellente présentation.

Malo97 a dit…

D'après ce que j'ai lu
http://tecnoglobesport.com/documentations/tableau%20comparatif%20Bryton%2009_2013.jpg

il y a une différence d'autonomie entre les deux modèles

GPS allumé, l'autonomie est de
8 h pour la Cardio 40
16h pour la Cardio 60

La différence de poids ne devant pas être regardée, car déjà avec ses 54gr, la 60 est une montre très légère qui se laisse oublier

Ensuite, c'est à chacun de voir, car il y a le budget, même si la différence entre les deux n'est pas si énorme que cela

Mais si le budget n'est pas un frein à ce niveau là, alors je pense qu'il ne faut pas hésiter pour la 60 qui a un mode vélo, nage, multisports. Qui peut le plus, peut le moins

Bon run

Anonyme a dit…

Après avoir acheté cette montre mais en version vélo je ne peux tout de même pas laisser un article ainsi sana dire qu'il n'en est pas tout à fait de même par rapport à votre essai.
tout d'abord aucune notice ou explication pour le montage des capteurs de vitesse et cadence.
vous dites qu'il n'est pas facile de lire les instructions tellement les caractères sont petits c'est faut c'est impossible.
vous rendez vous compte qu'il vous a fallut environ 10 pages pour décrire une pseudo montre cardio tout le monde n'a certainement pas votre intelligence et votre capacité à paramétrer cette pseudo cardio. Pour la personne qui aime le sport et qui ne souhaite pas passer 2 heures aux paramétrages pour au final ne pas pouvoir visionner son activité du jour tant le logiciel est capricieux et inadapté.
Je ne fais pas de pub pour aucune marque mais cette pseudo cardio je la déconseille très fortement pour tous ceux qui ne sont pas ingénieurs ou équivalent
cordialement
JM

Malo97 a dit…

Bonsoir

Concernant le capteur de cadence vitesse, je n'ai pas essayé celui de la marque, comme précisé dans l'article, mais celui d’une autre marque (Géonaute). Je n’ai donc pas pu faire de commentaire par rapport au produit Bryton.

Ce problème de notice peut être remonté auprès de BrytonSport. Sur leur site, on peut aussi télécharger les notices des Rider, qui elles, comprennent des instructions pour monter les capteurs vélo. (http://corp.brytonsport.com/products/support_sdownload?lang=fre)

"Il n'est pas facile de lire les instructions" : de quelles instructions parlez-vous ? Si c’est l’affichage de l'écran de la montre, oui, c'est écrit relativement petit. Etant presbyte et courant sans lunettes, cela peut être compliqué de lire l'écran à la volée. A vélo, je porte mes lunettes, là, je n’ai plus de problème. La Bryton n’est pas la seule à présenter ce défaut d’optimisation, j’avais revendu la Timex en partie à cause de cela et c’était une critique faite à la Suunto et à la 310xt dans une moindre mesure.

Quant au paramétrage de la montre, c'est comme TOUT objet technique, le temps pris à lire le mode d'emploi, sera retrouvé ENSUITE dans son utilisation. La Bryton propose beaucoup d'options pour satisfaire au plus grand nombre, il y a à boire et à manger, ensuite, c'est à chacun de prendre ce qui l'intéresse. C’est rigoureusement la même chose pour les Garmin, Suunto Ambit et Timex Global Trainer que j’ai eues entre les mains. Les forums regorgent de questions sur les montres alors que les réponses SONT sur les manuels. Les manuels étant maintenant sur le net, on peut même se les procurer avant l’achat du matériel pour se faire une idée comparative des produits.

Pour finir, que le logiciel en ligne ne corresponde pas à vos attentes côté analyse, n'a rien à voir avec la montre. A relire ma propre conclusion de l’article (je me cite :) « Pour ceux […] qui recherchent une analyse très poussée de leur entraînement, il faudra attendre la prochaine mise à jour pour se décider.». Je peux difficilement dire mieux. Ceci dit, j’ai toujours réussi à visualiser mes activités et mes fractionnés (suite à mise à jour) sur leur site, en tout cas en ce qui concerne la course à pied. Côté vélo, je ne fais que des sorties simples sans fractionnés, mais je doute que cela soit fort différent.

Je ne fais pas de pub non plus, d’ailleurs, il n’y en a pas sur mon blog. Je ne suis pas payé non plus par Bryton, j’ai auparavant essayé d’autres produits, mais je pense toujours que cette montre possède un bon rapport qualité/prix. Il y a mieux ? Certes, mais c’est aussi plus cher et certaines montres plus chères ne font pas forcément mieux. La Bryton 60T est annoncée à 300€ contre 480€ pour la Garmin 910xt pack triathlon (+60%) et 500€ pour la Polar RCX5 triathlon (+67%), prix constructeur. Bref, ce n'est pas du tout le même prix.

Bon run
Malo

Kristo a dit…

Bonjour Malo,

J’ai la cardio 40 et voici mes impressions après 8 mois d’utilisation:
Les PLUS:
– Assez simple à utiliser
– GPS fiable et précis
– Bonne visibilité des données sur l’écran
Les MOINS:
– Déjà 2 retour en SAV (bracelet HS 1ère fois et écran HS 2ème fois)
– La verre de l’écran se fendille des deux côtés ? (pas de chocs de ma part)

Compte-rendu du dernier contact SAV:
– Refus de prendre en garantie le changement du verre de l’écran (soit…)
– Pas de solution de rechange proposée, réponse du SAV: rachetez une montre, je ne suis pas bijoutière je ne change pas le verre !!!! Incroyable…
– Après avoir insister lourdement, elle me propose de contacter le siège social pour une demande de changement. Réponse: 75€ pour l’opération (pour une montre de 200€)
– L’interlocutrice SAV (Sophie) a été très désagréable et dédaigneuse…une catastrophe.
- Je passe chez mon concessionnaire (enfin ex-concessionnaire car il ne veut plus entendre parler d'eux !) pour récupérer la montre et je constate que plusieurs problèmes signalés n'ont pas été réparé (un bouton ne fonctionne toujours pas, une partie de l'écran est illisible). Après un bref contact totalement stérile par tél de l'ex-concessionnaire avec Sophie du SAV (elle ne veut rien faire du tout, aucun dialogue n'est possible), il obtient un responsable qui doit nous tenir au courant de la suite (j'avais fait un mail de doléances la semaine dernière resté sans réponse)...

Bref, chez Bryton les montres sont jetables apparemment ! A savoir...

Avec la sortie prochaine du POLAR M400 qui proposera encore plus de fonctions que la CARDIO 40 pour le même prix (avec le savoir faire et le sérieux d'un grande marque), je ne prédis pas un grand avenir à BRYTON, surtout avec leur politique suicidaire de relation clientèle.

Un bon conseil: allez voir chez de véritables professionnels et oubliez Bryton (comme moi !)

Bien à vous

Malo97 a dit…

Désolé pour toi d'apprendre que cela s'est mal passé côté SAV, mais on ne pourra pas faire de ta (triste) et mauvaise expérience personnelle, une généralité.

J'espère pour toi que les choses se décanteront par la suite et pour le mieux

Kristo a dit…

Bonsoir Malo,

Voici la fin de l'histoire: après 3 semaines d'attente, Bryton a renvoyé une nouvelle Cardio 40 à mon revendeur en guise de remplacement. Honorable de leur part même si le relationnel client n'est pas leur point fort.

Pour rebondir sur ta remarque, j'ai simplement relaté mon expérience avec le SAV de Bryton. Je laisse donc à chacun la liberté de juger. "Un homme avisé en vaut deux" comme dit le proverbe !

Sportivement

Malo97 a dit…

Perso, dans l'histoire, ce que je retiendrais, c'est que ta montre a été remplacée et finalement, c'est le principal.

Je me rappelle de la garmin 305 que j'avais failli acheter. Elle avait des problèmes de corrosion des contacteurs de la batterie. Pourtant, Garmin n'en était pas à un coup d'essai question montres... Pas sûr que tous les acheteurs aient pu obtenir le remplacement de leur bignou...

Aller, bonne course et merci pour tes remarques

Malo