Bon plan

mercredi 9 octobre 2013

Orca Sonar : ce n'est pas de la CAP, mais de la nage !

Quand il fait trop chaud, force est de constater que j'ai bien du mal à courir. Du coup, je ne ferai sans doute jamais le marathon du Médoc début septembre, pourtant à côté de chez moi, car je ne peux envisager de faire une préparation marathon en juillet et août.

Mon partenaire d'entraînement de course à pied pratique le triathlon. A force de discussions savamment distillées par le bestiaux, je me suis laissé convaincre : Malo, tu nages, tu roules, tu cours, alors pourquoi pas en faire un, de triathlon, histoire d'essayer ? Et c'est parti, je me suis fait avoir.

C'est au début de l'été, sachant que je ne pourrais pas franchement courir sous la chaleur, que je me suis décidé à nager plus et à rouler plus. Rajoutons que côté vélo, ça tombait bien car la toute nouvelle piste cyclable Lacanau / Carcans / Hourtin venait d'ouvrir permettant de rouler en toute sécurité et d'élargir mes horizons bitumeux. 

Côté vélo course, j'ai celui d'un cousin. Même si ce n'est pas une bête de course ce vélo, il me change quand même de mon vieux cadre acier ou de mon VTC.

Pour la nage et le tri par contre, j'avais encore besoin d'une combi de nage : je m'en suis donc offert une, une Sonar de chez Orca, un modèle milieu de gamme.


 

Mais pourquoi s'acheter une combi ? 

J'ai toujours nagé et en piscine, pas besoin de combi. Seulement la première piscine est à 60 km aller retour de chez moi. A bien y réfléchir, il y a pourtant bien une très grande (mais alors très grande) piscine à côté de chez moi et gratuite qui plus est. Il s'agit du plus grand lac naturel de France, j'ai nommé : le lac de Maubuisson, juste au nord du lac de Lacanau! 

Oui mais voilà, grosso modo, sorti des mois de juillet, août voire septembre, difficile de nager quand l'eau n'est pas si chaude que cela, d'où la combi. Elle devrait me permettre de commencer à nager dès mars et normalement jusque fin octobre, voire plus ?

Ce qui me faisait le plus peur dans le triathlon, c'était la partie nage, justement. 750m en version "sprint" ou 1500m en version courte distance, c'est quelque chose. Pourtant, ce n'est pas si énorme que cela en soit, j'ai déjà fait largement plus en piscine. 

Oui mais voilà, en piscine, je nage essentiellement avec un pull buoy. Un pull buoy, c'est un flotteur que l'on coince entre ses cuisses pour assurer une bonne flottabilité au nageur, permettant de forcer sur le travail des bras. En brasse, laissez tomber, en crawl, ça passe nickel. 

Cette manière de nager vient de l'époque où j'avais été obligé de nager sans les jambes à cause d'une tendinite au talon. Depuis, j'ai gardé cette habitude. Du coup, quand j'actionne les jambes, non seulement c'est franchement dur côté palpitant, mais en plus, je nage moins vite ! C'est dire ! Mais c'est comme tout, ça se travail.

Du coup, à l'idée de me lancer sur un triathlon sans mon accessoire de nage fétiche... Ou là là !

Ces combis ne ressemblent pas aux combis de mes voisins qui eux surfent, et oui, l'Océan est ici à porté de la main. Non, ces combis là sont faites d'un néoprène lisse, lequel facilite la glisse dans l'eau. Elles sont généralement plus épaisses que les combis surf car on n'est pas sur une planche mais bel et bien immergé dans l'eau et surtout, elles sont plus souples aux épaules et oui, faut mouliner des bras pour le coup. 

Le truc énorme de ces combis, c'est qu'elles accordent au nageur une belle flottabilité. Le néoprène dont elles sont faites, contient des centaines de petites cavités d'air aux endroits stratégiques, comprenez le bas du dos et les mollets. Du coup, même les très mauvais nageurs peuvent se lancer et il devient possible de nager sans les jambes ou avec un mouvement postérieur réduit au strict minimum, bref, on économise des forces pour la suite. Certes, sans les jambes, aucune chance de faire un 1500m nage en moins de 20minutes, mais l'idée pour moi est de faire et de terminer ce triathlon. Beaucoup de nageurs sur triathlon ne se servent pas de leurs jambes, histoire d'économiser leurs forces pour le vélo et la CAP ensuite. Pour les pros, ou les compétiteurs confirmés, c'est une autre histoire.

Vous allez me dire que c'est de la triche, ces bulles d'air qui soutiennent le nageur ? Peut-être, mais comme tout le monde est équipé d'une combi, ce n'est donc plus vraiment de la triche. Les combis sont obligatoires dès que l'eau descend sous les 16°C (t° prise à 60 cm de profondeur) et interdites quand elle dépasse les 24°. Entre les deux, chacun est libre de faire comme il veut, avec ou sans, mais s'abstenir d'en porter une serait se priver d'une aide précieuse comparé aux concurrents et surtout, ce serait sortir de l'eau physiquement plus entamé qu'avec une combi. Et puis avant de trouver une eau à plus de 24° en milieu naturel... il faudra se lever tôt. Après, il existe des combis Marcel (sans manche) et des combis courtes, c'est à chacun de voir.

Ces combis qui sont une deuxième peau, doivent être enfilées avec force de précautions. En magasin, quand on les essaient pour s'assurer que la taille nous convient, le vendeur vous donne des gants, histoire d'éviter que vous y plantiez un ou deux ongles un peu trop malveillants. Ensuite, sur la plage, il vaudra mieux prendre le temps de bien ajuster sa combi car sinon, des poches d'air se formeront ici ou là, notamment à l'entre-jambes, et ces poches d'air ne resteront pas vides bien longtemps une fois dans l'eau... 

Ne venez cependant pas penser que ces combis seraient parfaitement étanches, elles ne le sont pas. L'eau a cette particularité qu'elle arrive à trouver n'importe quel orifice un peu lâche pour se taper l'inscrust. Vous serez donc quand même mouillés. Mais le peu d'eau qui viendra s'infiltrer sera vite réchauffée par votre propre corps, donc on n'aura pas froid. Pour les froids extrêmes, on pourra toujours prendre une cagoule en néoprène. Perso, je ne m'y risquerais pas. Cela dit, pour protéger les oreilles d'une eau frisquette, une paire de bouchons d'oreilles spécial nage, ça le fait très bien.

Qui dit combi ultra technique, dit également prix (ultra) élevé, suivant la gamme de produit retenue. La différence entre deux gammes de produits sera la qualité du néoprène, la flexibilité des matériaux, notamment au niveau des épaules, les parties avec bulles d'air plus ou moins nombreuses et bien pensées...

Comptez autour de 150€ pour une entrée de gamme, à + 600€ dans le haut de gamme  !!! Ah quand même me direz-vous ! Et quand on sait que beaucoup de triathlètes ne portent cette fameuse combi qu'à la seule occasion des compétitions, soit 2 à 3 fois par an... ça laisse à réfléchir. Rajoutons également que plus d'une combi s'est retrouvée abimée du fait d'une trop grande promiscuité avec des pieds et autres mains de concurrents en pleine nage et là vous blêmissez ! Maintenant, reste la possibilité de louer ces combis en magasins, cela peut être une parfaite alternative à l'achat. Personnellement, si j'ai accepté de m'en offrir une, c'était bien du fait de la proximité du lac.

Ma combi est un bon milieu de gamme, rappelez vous, la Orca Sonar 2013.

Mais aujourd'hui, je la vends. 

C'est une taille 10, prévue pour les grands gabarits.
A l'achat, je faisais 1,93m pour 93/94 kg

Pourquoi vendre alors que je donne la juste impression d'avoir trouvé un bon moyen de nager plus longtemps ? 


Tout simplement parce que depuis son achat fin juin et après 3 mois de nage, de vélo et de course à pied, j'ai perdu 12 kg !!! Le tout sans régime non plus ! Il est vrai par contre que la nage et le vélo sont moins éprouvants physiquement que la seule CAP, j'ai donc pu augmenter le nombre de mes sorties et surtout leur durée, côté vélo notamment avec des sorties qui oscillaient entre 2 et 3 h. J'ai donc véritablement fondu alors que ma combi n'a pas eu le temps de s'user !!! Du coup, les entrées d'eau sont trop nombreuses et pour avoir essayé une taille 9, il n'y a pas photo pour moi.

Neuve, elle coûte 350€, prix Malo : 280€
Parfait état de fonctionnement, aucun accro ni coup d'ongle, je suis très méticuleux avec mon matériel, ça coûte assez cher comme ça pour ne pas en prendre soin.

Bien sûr on peut venir la voir
Bien sûr on peut l'essayer
Bien sûr je peux faire des photos personnalisées, il faut juste me prévenir car actuellement, elle est en dépôt vente chez un spécialiste de Bordeaux. Après, il est toujours possible d'aller l'acheter directement chez ce commerçant.

Bon run
Malo

Aucun commentaire: