Bon plan

mercredi 17 septembre 2014

Changement de CAP ?

Cela faisait bien longtemps que je n’étais pas intervenu sur le blog, manque de temps et petites contrariétés ont abouti à ce silence radio.
 
J’ai beau être encore jeune, mon corps commence à se rebeller. Je dois réduire le volume de CAP. Par chance, je n’ai jamais été enchaîné à un seul sport, même si la CAP est LE sport que j’adore avant tout, il me reste cependant encore la nage et le vélo… Bref, vous voyez où je veux en venir : je vais me mettre au triathlon.

Le triathlon comportant une partie CAP, je ne change donc pas vraiment de cap, mais j’évolue dans ma pratique de la CAP. Ceci dit, le jeu de mot me tendait tellement les bras que je n'aurais pu le laisser filer sous mes yeux !

Enfin, avant que de parler d'évolution, je vais déjà faire un triathlon et on verra par la suite si je réitère ou non.
Pouf ! Pouf ! Je corrige, car entre le début de l'écriture de l'article et aujourd'hui, j'en ai fait un de triathlon... et j’ai A-DO-RE !

Triathlon

L’idée du triathlon, c’est de pouvoir poursuive ma pratique du sport, tout en économisant mon corps, mes genoux. Le vélo et la nage étant des sports portés, mes articulations me disent merci. Quand je nage en lac, je peux nager 3 à 4 km sans problème, en piscine, mes séances vont de 3 à 5 km en fractionnés et récup, quant au vélo, les sorties de 2 à 3 heures ne me font pas peur, pourvu qu'il n'y ait pas de montagne. Je ne suis spécialiste en rien, les marges de progressions sont énormes, mais déjà, j'arrive à me faire plaisir dans tous.

Ceci dit, avant de me lancer sur le tri, j’ai commencé par faire des transitions vélo / CAP. La première fois, j’avais cru mourir, les jambes en feu, je me disais que je devais être fou. Trois jours plus tard, j’ai remis le couvert et ce fut le jour et la nuit ! Bref, tout est question d’habitude, quoi !

L’année dernière déjà, j’avais voulu participer au triathlon de Biscarrosse, mais je m’étais fracturé le petit orteil un mois avant, du coup ce furent 60€ de partis en fumé, le prix de l’inscription en somme.


60€ l’inscription, oui, parce que participer à un tri, ça coûte finalement cher et ce n’était qu’un tri courte distance : 1500m nage 40 km vélo et 10 km à pied. 

Sur la longue distance type Ironman, la seule inscription pourra dépasser les 500€ ! Mais là, on paie aussi la marque « Ironman ». Un Longue Distance (LD) sans label coutera quand même autour de 200 / 300€ l’inscription. Il y a souvent des surcoûts quand on n’est pas licencié FF Tri. Pour ce Tri de Biscarrosse, c’est 30€ l’inscription (correct) + 20€ de surcoût non licencié + frais d’inscription en ligne. Prendre alors une licence individuelle pour payer moins cher ensuite ? Pourquoi pas, mais une licence individuelle sans club, vous assommera du haut de ses 380€. Cette même licence sera à 95€ + adhésion club si vous y entrez ! Et dire que les coureurs à pied se plaignent des prix pratiqués en CAP ! 

Ceci dit, je viens de trouver une solution en ligne, un club virtuel comme on commence à en voir ici et là en CAP et qui propose une licence Tri officielle pour 99€. C’est sur tobesport.com. A voir. Ce club propose aussi des licences CAP, cyclo… à creuser.

Bref, l’inscription à un tri, c’est globalement plus cher qu’une course pédestre. Faut dire que niveau superficie à couvrir et niveau sécurité, il y a sans doute plus de boulot qu’en CAP…

Ce qui coûte cher également dans le triathlon, c’est l’équipement.


L'EQUIPEMENT


La tri fonction : c’est un vêtement d’une seule pièce, que l’on portera tout au long de l’épreuve, une sorte de combinaison sans manches et jambes courtes qui servira de maillot de bain, de cuissard pour le vélo et pour la CAP. Elle permettra de ne pas perdre de temps aux transitions. Les prix débutent autour de 80€. Ceci dit, pour commencer, je me suis contenter d'un maillot de bain, d'un cuissard vélo et ça l'a fait tout aussi bien !

La combi nage. Elle peut être courte et optionnelle si l’eau est « chaude » ou bien intégrale, épaisse et obligatoire si l’eau est inférieure à 16°C. Ca va de 150€ à +800€ ! La souplesse du néoprène et sa qualité influeront grandement sur le prix, notamment au niveau des épaules. Faut pouvoir nager. Et quand on sait que certains triathlètes ne se servent de leur combi que pour 2 ou 3 tri dans l’année… ça fait mal au portefeuille. Ceci dit, une combi, ça se loue aussi. On n’oubliera pas non plus les lunettes et pour certains, pince nez et bouchons d’oreilles. L’intérêt d’une combi, surtout pour les mauvais nageurs, c’est sa flottabilité, notamment au niveau des jambes. Perso, quand je pars pour faire 3000 m en lac, je préfère partir avec la combi, en cas de fatigue, je me sens plus en sécurité. 

Le vélo
Ca peut aller du vieux clou qui grince aux petits bijoux ultra profilés de plus 10000€, sans compter le matériel annexe, cuissards, chaussures, compteur…, éventuellement des roues différentes pour l’entraînement et pour les compet, la logistique de  transport… Enfin, ça, c’est pour les plus pécunieux, et les pros. J’ai été surtout très impressionné par le coût des roues, mais nous y reviendrons plus tard. 
Et la CAP, mais là, vous connaissez déjà !

Côté combi, j’en ai une depuis un an, alors que je ne pensais pas encore à faire un tri. L’idée était avant tout de pouvoir profiter du lac (de Carcans) dès le mois de mai et ce jusqu’à la fin octobre et non juste en juillet / août. Elle est certes devenue un peu ample depuis, parce que le vélo et la nage, ça vous sèche un homme, si si, la nage aussi ! mais pour le coup, je la rentabilise largement, c’est ce qui m’a décidé initialement à l’acheter.

Côté vélo, j’ai un bon vieux vélo qui date de + 25 ans, encore en bel état (c’était à l’époque du milieu / haut de gamme). Il a cependant le lourd handicap, non pas des kilos en trop, quoique, mais d’avoir les leviers de vitesses… au cadre et seulement 6 pignons à l’arrière. Bref, il finira en fixie celui-là !

Un cousin m’avait bien prêté sa monture, tout alu, aussi lourd que mon vélo acier, mais il l’a récupérée, donc plus rien de ce format !

Il ne me reste donc qu’un VTC, pas très léger, 14 kg, pas franchement profilé pour la vitesse, mais il m’est fidèle depuis quelques années déjà. Il me servira sur mon premier tri ! Histoire de donner de bonnes excuses à mon 1er chrono…

Au final, si je veux prendre du plaisir à vélo, va falloir une nouvelle monture.

N’y connaissant (quasi) rien en vélo, j’ai dû me documenter. Se tromper sur une paire de basket à 100€, ça met déjà les nerfs en pelote, mais sur un vélo à 4 chiffres… c’est à éviter ! La difficulté supplémentaire est qu’étant grand, je me suis vite aperçu je n’avais (quasi) aucune chance de trouver une monture à ma taille en solde, la grande majorité des modèles sont livrés en taille S ou M, voire en L et encore ! D’ailleurs, en ce début de septembre, une grande chaine de vente de vélos fait / faisait des promos, histoire d’écouler les stocks avant l’arrivée des nouveaux modèles. Pour donner une idée, sur 1000 vélos courses proposés, seuls 3 sont en taille 60 ! C’est dire ! 

Du coup, non seulement j’aurais bien du mal à essayer un vélo à ma taille en magasin, mais en plus, il me faudra le commander. Et encore me faudra-t-il bien choisir le moment de l’année pour passer commande. En effet, dans mes tailles, il y a extrêmement peu d’exemplaires de livrés pour chaque modèle ! En discutant avec un vélociste, pour le modèle que j’avais envisagé, il n’y avait que 8 exemplaires en tout et pour tout sur toute la France contre une 40aine d’exemplaires en taille M !
Pour conclure sur ce point, j’aurais donc bien plus de chances de trouver un vélo en septembre / octobre à la sortie des nouveaux modèles, qu’en avril où là, je n’aurais droit qu’à ce qu’il reste dans mes tailles, c’est-à-dire RIEN !

 

Mais un vélo de course, c’est fait de quoi ?

Il y a pléthore de déclinaisons, tant dans l’équipement, que dans les cadres et leur forme.
Côté cadres, quatre matériaux se disputent le devant de la scène :

  1. L’acier : plutôt pas cher, donc plus souvent des montures anciennes ou bas de gamme. Avantage au coût et a priori au confort. Inconvénient : souvent plus lourd et surtout, pour moi qui suis en bord de mer : ça rouille. Moins le cadre, peint, que les accessoires (jantes, visserie…)
  2. L’alu : il est plus léger que l’acier et a beaucoup évolué au fil des dernières années. Il y a des bons et des moins bons alu. En attendant, ça ne rouille pas et un bon alu peut rester encore abordable, enfin… ça dépendra ensuite des périphériques mis dessus et de sa notion de « prix abordable ».
  3. Le carbone, qui règne en maître dans les compétitions, il sera plus léger, plus souple que l’alu, mais bien plus cher plus cher d’au minimum 700€ que l’alu. Il se déclinera également en différentes qualités. Il se dit qu’un bon alu bien équipé vaudra mieux qu’un mauvais carbone. Le vélo de série le plus léger actuellement tourne autour de 4,6 kg, mais vous ne le verrez pas sur le Tour de France, l'UCI limitant à 6,8 kg le poids plancher des vélos lors des compétitions, le tout sans accessoire.
  4. Le titane, et oui, ça existe pour les cadres de vélo ! C’est léger, solide, durable, souple, résistant aux intempéries ! Mais pourquoi alors tout le monde n’en est-il pas équipé, fichtre ! Tout simplement parce qu’il faudra casser le cochon. Mais pour le prix, vous aurez une monture sur mesure et qui dit « sur mesure » dit aussi « délai ». Chez un fabricant français réputé des connaisseurs, les délais se comptent en (plusieurs) mois !

Ce qui va également être très important dans le choix du cadre d’un vélo sera sa forme, ou plus exactement sa géométrie. Elle influera directement sur la maniabilité et le confort du vélo. Pour une même taille de cadre, les dimensions de ses éléments, les ratios des uns par rapport aux autres ou bien encore leurs angles, transformeront le vélo soit en une véritable machine de guerre très exigeante pour le physique du cycliste et aux allures plongeantes soit en une bécane plus souple et maniable, sur lequel on se tiendra plus "droit", ou moins courbé, mais aux rendus plus « cyclo touristiques ». Il faudra faire son choix. Ceci dit, entre les deux, les déclinaisons sont multiples. Finalement, un cadre, ce sera comme une paire de baskets, il faut trouver le bon, mais vu les prix, faut pas trop chercher non plus !

Viendront ensuite les équipements. Niveau transmission / frein, trois grandes marques se détachent :
  • Compagnolo, marque italienne
  • SRAM, marque américaine
  • Shimano, marque nipponne.
Chaque marque propose différentes gammes de produits, Compagnolo et Shimano étant actuellement les seuls à proposer des dérailleurs… électriques ! Oui mon bon monsieur, vous avez bien entendu, les dérailleurs deviennent électriques ! D’un confort incomparable, la geek attitude vous en coûtera un surcoût de 900€ à sa version mécanique !

Mais ce qui risque de faire flamber l’addition, ce sont… LES ROUES. De 60€ la paire en supermarché, elles peuvent monter à plus de 5000€ pour le très haut de gamme ! Entre les deux, il y a le choix.Ca va de la roue acier à la roue carbone, en passant par l'alu... L'un des leader du marché est français, il s'agit de Mavic.

Il ne faudra pas oublier le reste, cintre, potence, fourche et surtout, la selle, car ça ne pardonnerait pas, un régime sans sel(le)…

Blague à part, il faudra compter autour de 500€ pour une bécane bas de gamme, de 1000 / 1500€ pour de l'entrée de gamme, 2000 / 3500€ en milieu de gamme et le haut de gamme commencera vers 3500 pour dépasser les sommets à + 10.000 €, une petite voiture quoi !

Au final, Je me suis acheté un vélo… ROSE !

Nan ! Rose, ce n’est pas la couleur, mais la marque du vélo. 
Avec un budget initial de 1500€, je me suis vite rendu compte que j’allais être court. 1500€, ça autorise un vélo de course correct, mais je voulais une monture sous les 8 kg, plutôt en milieu de gamme, avec des roues correctes, sans taper le haut de gamme. Or, dans ces prix-là, c’est soit un bon alu, mais c’est +8kg, soit un carbone d’entrée de gamme, tant côté cadre qu’équipement. Après recherche, je devais plutôt compter sur 3000 / 3500€, mais là, pas le budget. 
Il y avait bien Décathlon, mais je les trouvais ou très moches, quand bien même ce ne serait qu’une histoire de goût, ou pas dans mes critères
Chez Go Sport, pas ma taille (60 / 62) et 
Chez Intersport, où on ne trouvera pas que des marques maisons, il n'y aura rien en solde dans ma taille. A noter qu'Intersport a racheté l'usine de Machecoul, en Loire Atlantique, qui produit Gitane mais aussi du Raleigh (Tient ! Mon vélo acier) Micmo ou TVT.

Courant juillet / août, n’ayant plus de modèle 2014 à dispo à ma taille chez les différents vélocistes, j’ai essayé de négocier le prix d’un modèle 2015 sur lequel j’avais flashé et qui correspondait à ce que je recherchais, mais là, j’ai eu une fin de non-recevoir du vélociste. Pourtant, c’était tout bénef pour lui : en acceptant de réduire sa marge, il avait un nouveau client, pas de problème de stock à gérer, juste à servir d’intermédiaire. Certes je veux bien le comprendre, mais moi, c'est mon compte en banque qui me parle le plus ! 
En parallèle, j’ai arpenté l’internet, les sites de vente privée et de VPC (vente par correspondance) et là, deux marques ont retenu mon attention : Canyon et Rose. Leur particularité ? Ils sont allemands et ne font que de la VPC. Ce système leur permet de réduire notablement leurs coûts et les prix des vélos s’en retrouvent de fait allégés… et pas que d’un peu !

Canyon m’était déjà connu et la marque est présente sur le Tour de France. Rose par contre, inconnue au bataillon ! Il est en plus difficile de trouver des renseignements sur les forums français. En Allemagne par contre, la marque semble bien connue. Pour autant, aucune de ces deux marques ne subit l’opprobre des remarques négatives sur les forums spécialisés, malgré l’ancienneté des marques, ce qui est plutôt bon signe. 

Plus connue en France, Canyon jouit plutôt d’une bonne réputation. Notez bien qu’une marque française s’est récemment mise à la VPC exclusive. Il s’agit des « Cycles Origines ». Leur configurateur en ligne est plutôt bien fait, mais la marque ne dispose que de deux modèles de cadres en tout et pour tout (ils débutent aussi, faut dire), un en alu et un en carbone. Après, on peut mettre à peu près ce qu’on veut dessus. Leurs vélos iront de 900 à 6700€, de quoi aller du raisonnable au plaisir plus marqué.


Mais pourquoi avoir choisi Rose alors ? Une marque qui plus est inconnue ?

Canyon n’offre que très peu de possibilités de modifications de ses modèles au contraire de Rose qui sera plus souple. Pour chaque modèle chez Canyon, 2 ou 3 déclinaisons d’équipements (transmission / freins). Par contre, aucun changement de roues, de potence, de cintre possible, sauf la selle et encore, c’est une question homme / femme. Cela dit, ce que Canyon propose est franchement bien, mais Rose fait mieux.

Chez Rose, les possibilités de configuration du vélo bien plus étendues : possibilité de changer la tige de selle et la selle, la potence et le cintre (guidon), la couleur de la guidoline, sans oublier les roues. Bref, du coup, j’ai pu personnaliser mon vélo là où c’était impossible avec Canyon.

De plus, côté accessoires complémentaires, l’offre chez Rose est nettement plus étoffée (outillage, pédales, bidon, porte bidon…)

Si l'avantage de la VPC sera le prix, a contrario, l’inconvénient sera la difficulté à réaliser les réglages fins du vélo pour le néophyte. Je pourrais certes aller chez un vélociste, mais pas sûr que le relationnel soit terrible si je viens avec un vélo de VPC neuf, quand bien même ce genre de prestation est proposée à la vente. Plus facile d’aller le voir pour faire régler un vélo d’occasion qu’un vélo neuf d’un concurrent. Mais bon, sur internet, on voit énormément de sites qui expliquent comment régler sa monture, alors…

Alors me direz-vous, acheter son vélo en VPC, pour moi qui n’y connais pas grand-chose, en vaut-il la peine ? 
Et bien disons qu’à niveau de gamme équivalente, chez Rose et Canyon, la note finale se réduira facilement d’un tiers. Grosso modo, pour 2000€, je me suis offert l’équivalent d’un vélo à 3500€ chez les vélocistes et encore ai-je pris des roues de meilleure qualité ! Et concernant mon "problème" de (grande) taille, j’ai incontestablement plus de chance de trouver mon bonheur toute l’année chez eux, que chez un vélociste. 
Certes, en VPC, je n’aurais pas les conseils avisés du vendeur en chair et en os, qui prônera la toute puissante supériorité de sa marque (logique), mais d’un autre côté, du fait de ma taille, même chez le vélociste, je n’aurais guère la possibilité d’essayer un vélo à ma taille avant que de l’acheter, je serai tout autant obligé de le commander à l’aveugle, sur catalogue !
Côté SAV, les quelques acheteurs français en VPC ne semblent pas se déchaîner sur les forums, c’est là encore bon signe. Le SAV est un élément qui en dit long sur la qualité d’une marque. De plus, chez Rose et Canyon, on a un mois pour retourner le vélo s'il ne devait pas convenir, chose impossible en magasin.

Côté relationnel, les échanges épistolaires que j’ai eu avec Rose ont toujours été très cordiaux et semble-t-il avisés.
Bon ben, reste à savoir si les délais seront tenus maintenant ! 5 semaines, c’est court quand on est en vacances, mais c’est long quand il faut attendre ! D'ailleurs, sauf à avoir du stock, de tels délais peuvent aussi se retrouver chez des vélocistes magasins, alors !

Au final, si vous êtes petits, si vous n'êtes pas grands et que vous n’y connaissez rien en vélo, le vélociste peut être intéressant, surtout pendant les soldes.

Par contre, si vous êtes grands et vous n’y connaissez rien non plus en vélo, les forums internet aidant, le vélociste ne sera pas forcément plus intéressant comparé à la VPC, la différence des prix de la machine (1000 à 1500€ facile) parlant d’elle-même.

Après, c'est un choix à faire

Allez, sur ce, j'arrête d'écrire et je publie. 
Mon prochain article : mon premier triathlon
Article suivant : je vous présenterai mon vélo, que je n’ai pas encore.



LIENS EXTERNES


…poursuivre côté vélo et tri. Liste non exhaustive, bien évidemment : 


Tobesport.com à club virtuel avec licences fédé officielles. Vélo, nage, CAP, ski, tri…

http://eu.ironman.com/ à la marque

Vélo Canyon : www.canyon.com/
Vélo Rose : http://www.rosebikes.fr/
Vélo Origines : http://www.origine-cycles.com/
Vélo de Machecoul : http://www.velodirectusine.com/fr/

Entre rêve et réalité : http://usrehoncyclo.wifeo.com/la-chronique-dejantee.php
Le bon coin du vélo : http://www.troc-velo.com/
Un incontournable des cyclistes : http://www.velo101.com/
Un forum bien connu aussi : http://forum.velovert.com/
Pour ceux qui vont au boulot à vélo : http://forum.velotaf.com/

et côté triathlon : http://www.onlinetri.com/phpBB2/index.php

Bon, il y en a bien d'autres, comme dit, la liste ne peux se targuer d'être exhaustive.

Aucun commentaire: